Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR  - IT ]

Discurso al Embajador de SUECIA,
Excmo. Sr. Don Bengt FRIEDMAN
*

9 de febrero de 1987


 
 
Monsieur l’Ambassadeur,

Je suis heureux de recevoir les Lettres qui vous accréditent comme Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de Suède près le Siège Apostolique. Je vous souhaite la bienvenue et j'aime à vous remercier pour les cordiales salutations que vous m'avez transmises, de la part de Sa Majesté le Roi Charles Gustave XVI; et je vous prie de lui faire parvenir, en échange, mes meilleurs vœux.

1. J'apprécie votre aimable référence à notre participation commune aux idéaux de la fraternité et de la solidarité. Il s'impose d'urgence qu'on mette ces idéaux en relief dans le contexte des relations internationales. Dans le monde moderne abondent les obstacles à la solidarité obstacles qui sont dressés par les préjugés d'ordre racial ou par l'intolérance religieuse, ou qui sont le fruit d'idéologies et de systèmes qui répandent la haine, la destruction et la lutte. Face à ces obstacles nous devons être convaincus de la valeur et de la réelle efficacité de la solidarité et de la collaboration fraternelles. On peut exercer des politiques et mettre en œuvre des programmes qui donneront aux peuples du monde la possibilité de vivre dans un climat d'honnêtes relations et de développer une confiante et fructueuse collaboration nécessaire pour consolider la paix à laquelle aspirent tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté et, le cas échéant qu'ils demandent comme un de leurs droits.

La diplomatie peut apporter une importante contribution à la création d'une solidarité internationale toujours plus étendue. Aussi, une des tâches du diplomate consiste-t-elle à promouvoir dialogue et entente mutuelle. Comme je l'ai dit dans mon Message pour la XXème Journée Mondiale de la Paix: «Cet esprit de solidarité est un esprit qui s'ouvre au dialogue. Il a ses racines dans la vérité et il a besoin de la vérité pour se développer. C'est un esprit qui cherche à construire plutôt qu'à détruire, à unir plutôt qu'à diviser» (n. 4).

2. J'ai noté avec plaisir votre référence aux négociations pour le désarmement et à l'action de l'Organisation des Nations-Unies. La dimension de l'engagement de votre pays en faveur d'une telle coopération internationale se manifeste clairement dans l'aide généreuse que la Suède offre aux pays en voie de développement. Je veux louer chaleureusement cette importante activité. Comme vous le savez le Saint-Siège considère favorablement l'activité des Nations-Unies dans ce domaine et il serait heureux de pouvoir constater une toujours plus grande collaboration au niveau international.

3. La solidarité internationale n’est pas simplement une opportune recommandation d'ordre pratique. C'est une nécessité morale. Car la famille humaine est une; du simple fait de notre naissance dans ce monde nous partageons avec tout autre être humain, le même héritage et le même destin éternel. Nous sommes tous créés à l'image et ressemblance du seul Dieu. Et il est encourageant de constater une toujours plus grande appréciation de ce fait et en même temps une croissante prise de conscience de l'interdépendance toujours plus étroite des nations et, comme conséquence, la nécessité toujours plus impérieuse de la collaboration internationale pour la poursuite du bien commun.

Les aimables relations diplomatiques qui existent entre la Suède et le Saint-Siège constituent une valide expression de notre conviction commune de la suprématie de l'entente du dialogue, de la paix et de la collaboration sur toutes les formes de division entre les peuples et dans le domaine de la vie internationale.

4. Je ne saurais manquer de tourner ma pensée vers la longue histoire de la présence du christianisme en Suède qui, remonte au moins à la première mission chrétienne reconnue en 830 à Birka. Bien qu'aujourd'hui le nombre des catholiques soit plutôt réduit en Suède, je suis heureux qu'il existe un climat vraiment favorable d'entente et de voisinage œcuménique entre les différentes Églises. J'espère ardemment que ces formes de solidarité religieuse continueront à grandir à grands pas et permettront d'affronter tous ensemble les urgents besoins spirituels de notre époque.

Monsieur l'Ambassadeur, je suis convaincu que votre mission ici sera très fructueuse. Je veux vous assurer que vous bénéficierez de la coopération de tous les dicastères du Saint-Siège pour vous aider dans l'accomplissement de votre mission. Que Dieu vous assiste vous et votre nouvelle mission et qu'il veuille vous accorder à vous et; à la chère population de Suède, ses faveurs les plus abondantes.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.11 p.5.

 

© Copyright 1987 - Libreria Editrice Vaticana

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana