Index   Back Top Print


BENOÎT XVI

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Mercredi 29 juin 2005, Solennité
des saints Pierre et Paul

 

Chers frères et sœurs !

Je vous demande humblement pardon pour mon retard. Comme vous le savez, nous avons célébré dans la Basilique, avec une grande solennité, les saints Pierre et Paul. C'est une fête en particulier pour Rome, là où ces deux éminents témoins du Christ ont subi le martyre et où leurs reliques sont vénérées. Le souvenir des saints Patrons me fait sentir particulièrement proche de vous, chers fidèles du diocèse de Rome. La Providence divine m'a appelé à être votre pasteur : je vous remercie pour l'affection avec laquelle vous m'avez accueilli et je vous demande de prier afin que les saints Apôtres Pierre et Paul obtiennent pour moi la grâce d'accomplir avec fidélité le ministère pastoral qui m'a été confié. En tant qu'Évêque de Rome, le Pape accomplit un service unique et indispensable à l'Église universelle. Il est le principe et le fondement perpétuel et visible de l'unité des Évêques et de tous les fidèles.

Le signe liturgique de la communion qui unit le Siège de Pierre et son Successeur aux Archevêques métropolitains et, par leur intermédiaire, aux autres Évêques du monde est le pallium, que ce matin, au cours de la célébration eucharistique dans la Basilique Saint-Pierre, j'ai imposé à plus de trente pasteurs provenant de différentes communautés. À ces chers frères, et à ceux qui les accompagnent, je renouvelle mon salut fraternel. J'adresse également avec affection un salut cordial à la délégation du Patriarcat œcuménique de Constantinople venue en cette circonstance particulière. Comment ne pas rappeler aujourd'hui que le Primat de l'Église qui est à Rome et de son Évêque est un primat de service à la communion catholique. Ensuite, à partir du double événement du martyre de Pierre et de Paul, toutes les Églises commencèrent à regarder l'Église de Rome comme le point de référence central pour l'unité doctrinale et pastorale. Le Concile Vatican II affirme : "C'est pourquoi encore il existe légitimement, au sein de la communion de l'Église, des Églises particulières jouissant de leurs traditions propres - sans préjudice du primat de la chaire de Pierre qui préside au rassemblement universel de la charité [cf. S. Ignatius M., Ad Rom., Preaf.:  Funk, I, 252], garantit les légitimes diversités et veille en même temps à ce que, loin de porter préjudice à l'unité, les particularités, au contraire, lui soient profitables" (Const. Lumen gentium, n. 13).

Que la Vierge Marie obtienne pour nous que le ministère pétrinien de l'Évêque de Rome ne soit pas vu comme une pierre d'achoppement mais comme un soutien dans la marche sur la voie de l'unité, et nous aide à parvenir au plus tôt à réaliser l'aspiration du Christ : "ut unum sint". Que les saints Apôtres Pierre et Paul intercèdent pour nous.


Après l'Angélus

Je salue avec joie les pèlerins francophones présents ce matin sur la place Saint-Pierre, particulièrement les pèlerins venus des diocèses de Paris et de Tours à l'occasion de la remise du pallium à leur Archevêque. À tous, je souhaite un bon séjour à Rome.

Je souhaite à tous de passer sereinement cette journée de fête.

Je vous présente tous mes vœux, bonne fête, au revoir.

 

© Copyright 2005 - Libreria Editrice Vaticana

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana