Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX ÉVÊQUES D'ARGENTINE
EN VISITE "AD LIMINA APOSTOLORUM"


Salle du Consistoire
Jeudi 30 avril 2009

 

 

Chers frères dans l'épiscopat,

1. C'est pour moi un motif de grande joie de rencontrer ce groupe, avec lequel les pasteurs de l'Eglise qui est en Argentine concluent leur visite ad limina. Je vous salue avec affection et je souhaite que cette rencontre fraternelle avec le Successeur de Pierre vous aide à sentir le battement du cœur de l'Eglise universelle et à consolider les liens de foi, de communion et de discipline qui unissent vos Eglises particulières à ce Siège apostolique. Dans le même temps, je rends grâce au Seigneur pour cette nouvelle occasion de confirmer mes frères dans la foi (cf. Lc 22, 32) et de participer à leurs joies et à leurs préoccupations, à leurs succès et à leurs difficultés.

Je remercie de tout cœur Mgr Luis Héctor Villalba, archevêque de Tucumán et vice-président de la conférence épiscopale argentine, des paroles cordiales qu'il m'a adressées au nom de tous, et dans lesquelles il m'a manifesté vos sentiments d'affection et d'adhésion, ainsi que ceux des prêtres, des religieux et des fidèles laïcs de vos communautés.

2. Chers frères, le Seigneur Jésus nous a confié un ministère de très haute valeur et dignité:  apporter son message de paix et de réconciliation à toutes les nations, assister avec un amour paternel le Peuple saint de Dieu et le conduire le long du chemin du salut. Il s'agit d'une tâche qui va bien au-delà de nos mérites personnels et de notre pauvre capacité humaine, mais à laquelle nous nous consacrons avec simplicité et espérance, soutenus par les paroles du Christ, "Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure" (Jn 15, 16). Jésus, le Maître, vous regarde avec un amour de frère et d'ami, il vous a appelés à entrer dans son intimité et, en vous consacrant avec l'huile sainte de l'onction sacerdotale, il a placé entre vos mains le pouvoir rédempteur de son sang, afin que, avec la certitude d'agir toujours in persona Christi capitis, vous soyez au milieu du Peuple qui vous a été confié un "signe vivant du Seigneur Jésus, Pasteur et Epoux, Maître et Pontife de l'Eglise" (Jean-Paul II, Pastores gregis, n. 7).

Dans l'exercice de son ministère épiscopal, l'évêque doit toujours se comporter parmi ses fidèles comme celui qui sert (cf. Lumen gentium, n. 27), en s'inspirant constamment de l'exemple de Celui qui n'est pas venu pour se faire servir, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour une multitude (cf. Mc 10, 45). En réalité, être évêque est un titre d'honneur lorsqu'on le vit dans cet esprit de service aux autres et que l'on participe de manière humble et désintéressée à la mission du Christ. La contemplation fréquente de l'image du Bon Pasteur vous servira de modèle et d'encouragement dans vos efforts pour annoncer et diffuser l'Evangile, elle vous poussera à prendre soin des fidèles avec tendresse et miséricorde, à défendre les faibles et à donner votre vie dans un dévouement constant et généreux au Peuple de Dieu (cf. Pastores gregis, n. 43).

3. En tant que partie essentielle de votre ministère épiscopal dans l'Eglise, véritable amoris officium (cf. saint Augustin, In Io. Ev. 123, 5), je désire vous exhorter vivement à promouvoir dans vos communautés diocésaines l'exercice de la charité, de manière particulière envers les plus indigents. A travers votre proximité et votre parole, à travers l'aide matérielle et la prière, à travers l'appel au dialogue et à l'esprit d'entente qui recherche toujours le bien commun du peuple, et grâce à la lumière qui vient de l'Evangile, vous voulez rendre un témoignage concret et visible de l'amour du Christ parmi les hommes, pour construire sans cesse l'Eglise comme famille de Dieu, toujours accueillante et miséricordieuse envers les plus pauvres, de manière à ce que dans tous les diocèses règne la charité, dans l'accomplissement du mandat de Jésus Christ (cf. Christus Dominus, n. 16). En outre, je désire insister également sur l'importance de la prière face à l'activisme ou à une vision sécularisée du service caritatif des chrétiens (cf. Deus caritas est, n. 37). Ce contact assidu avec le Christ dans la prière transforme le cœur des croyants, en l'ouvrant aux besoins des autres, sans toutefois s'inspirer des "idéologies de l'amélioration du monde, mais se laisser guider par la foi qui, dans l'amour, devient agissante" (Ibid., n. 33).

4. Je désire vous confier de manière particulière les prêtres, vos plus proches collaborateurs. Que le baiser de paix, avec lequel vous les accueillez le jour de leur ordination sacerdotale, soit une réalité vivante chaque jour et contribue à approfondir toujours plus les liens d'affection, de respect et de confiance qui vous unissent à eux en vertu du sacrement de l'Ordre. Reconnaissant l'abnégation et le dévouement de vos prêtres à leur ministère, je désire également les inviter à s'identifier toujours plus avec le Seigneur, en étant de véritables modèles du troupeau à travers leurs vertus et le bon exemple, et en faisant paître avec amour le troupeau de Dieu (cf. 1 P 5, 2-3).

5. La vocation spécifique des fidèles laïcs les conduit à chercher à configurer de façon droite la vie sociale et à illuminer les réalités terrestres par la lumière de l'Evangile. Que les laïcs, conscients des engagements pris dans le baptême, et animés par la charité du Christ, participent activement à la mission de l'Eglise, ainsi qu'à la vie sociale, politique, économique et culturelle de leur pays! Dans ce sens, les catholiques devront se distinguer parmi leurs concitoyens par l'accomplissement exemplaire de leurs devoirs civils, ainsi que par l'exercice des vertus humaines et chrétiennes qui contribuent à améliorer les relations personnelles, sociales et professionnelles. Leur engagement les conduira également à promouvoir de manière particulière les valeurs qui sont essentielles au bien commun de la société, telles que la paix, la justice, la solidarité, le bien de la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme, la protection de la vie humaine de sa conception jusqu'à sa mort naturelle, et le droit et l'obligation des parents d'éduquer leurs enfants selon leurs convictions morales et religieuses.

Je désire conclure en vous demandant d'apporter mon salut affectueux à tous les membres de vos Eglises diocésaines. Dites aux évêques émérites, aux prêtres, aux séminaristes, aux religieux et aux religieuses, et à tous les fidèles laïcs, que le Pape les remercie de leur œuvre pour le Seigneur et la cause de l'Evangile, qui espère et a confiance dans leur fidélité à l'Eglise. Chers évêques d'Argentine, je vous remercie de votre sollicitude pastorale et je vous assure de ma proximité spirituelle et de ma prière constante. Je vous confie de tout cœur à la protection de Nuestra Señora de Luján et je vous donne une Bénédiction apostolique spéciale.

 

© Copyright 2009 - Libreria Editrice Vaticana

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana