Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX ÉVÊQUES DU PÉROU
EN VISITE «AD LIMINA APOSTOLORUM»


Salle du Consistoire
Lundi 18 mai 2009

 

Monsieur le cardinal,
Chers frères dans l'épiscopat,

1. C'est avec le cœur empli de la joie pascale, don du Seigneur Ressuscité, et en tant que Successeur de Pierre, que je vous souhaite la bienvenue, alors que "je ne cesse de rendre grâce à Dieu à votre sujet" (1 Co 1, 4). Je remercie Mgr Héctor Miguel Cabrejos Vidarte, archevêque de Trujillo et président de la conférence épiscopale péruvienne, des paroles respectueuses qu'il m'a adressées au nom de tous. Dans celles-ci, je reconnais la charité et le dévouement avec lequel vous paissez vos Eglises particulières.

2. La visite ad limina Apostolorum est une occasion significative pour renforcer les liens de communion avec le Souverain Pontife et entre vous, sachant que parmi vos préoccupations pastorales doit toujours être présente l'unité de toute l'Eglise, afin que vos communautés, comme des pierres vivantes, contribuent à l'édification de tout le Peuple de Dieu (cf. 1 P 2, 4-5). De fait, "successeurs légitimes des apôtres et membres du collège épiscopal, les évêques doivent se savoir toujours unis entre eux et se montrer soucieux de toutes les Eglises" (Christus Dominus, n. 6). Toutefois, cette expérience nous dit que l'unité n'est jamais définitivement atteinte et que l'on doit la construire et la perfectionner sans cesse, sans jamais renoncer face aux difficultés objectives et subjectives, avec l'intention de montrer le véritable visage de l'Eglise catholique, une et unique.

Aujourd'hui aussi, comme au cours de toute l'histoire de l'Eglise, il est indispensable de cultiver l'esprit de communion, en valorisant les qualités de chacun des frères que la divine Providence a voulu placer à nos côtés. De cette manière, les différents membres du Corps du Christ réussissent à s'aider réciproquement pour accomplir leur activité quotidienne (cf. 1 Co 12, 24-26; Ph 2, 1-4; Ga 6, 2-3). Il est donc nécessaire que les évêques ressentent le besoin constant de conserver vivant et de traduire concrètement dans les faits l'affection collégiale, car elle "constitue un soutien très appréciable pour lire avec attention les signes des temps et pour discerner clairement ce que l'Esprit dit aux Eglises" (Jean-Paul II, Exhortation apostolique Pastores gregis, n. 73).

3. Dans l'Eglise, l'unité authentique est toujours une source inépuisable d'esprit évangélisateur. A cet égard, je sais que vous recueillez, dans vos programmes pastoraux, l'impulsion missionnaire promue par la v Conférence générale de l'épiscopat de l'Amérique latine et des Caraïbes, qui s'est tenue à Aparecida, et surtout la "Mission continentale", afin que chaque fidèle aspire à la sainteté dans une relation personnelle avec le Seigneur Jésus, en l'aimant avec persévérance et en conformant sa propre vie aux critères évangéliques, de manière à ce que se créent des communautés ecclésiales ayant une intense vie chrétienne. Assurément, une Eglise en mission relativise ses problèmes internes et se tourne avec espérance et enthousiasme vers l'avenir. Il s'agit de relancer l'esprit missionnaire, non par crainte de l'avenir, mais parce que l'Eglise est une réalité dynamique et le véritable disciple de Jésus Christ éprouve du plaisir à transmettre gratuitement aux autres sa Parole divine et à partager avec eux l'amour qui jaillit du côté transpercé sur la croix (cf. Mt 10, 8; Jn 13, 34-35; 19, 33-34; 1 Co 9, 16). En effet, lorsque la beauté et la vérité du Christ conquièrent nos cœurs, nous ressentons la joie de proclamer son message rédempteur. A ce propos, je vous exhorte à inviter toutes les forces vives de vos diocèses à cheminer en partant du Christ et en faisant toujours rayonner la lumière de son visage, en particulier pour les frères qui, peut-être parce qu'ils se sentent peu valorisés ou insuffisamment assistés dans leurs besoins spirituels et matériels, cherchent dans d'autres expériences religieuses des réponses à leurs inquiétudes.

4. Vous mêmes, chers frères dans l'épiscopat, en suivant le noble exemple de saint Toribio de Mogrovejo et de tant d'autres saints pasteurs, vous êtes appelés à vivre comme d'audacieux disciples et missionnaires du Seigneur. Les visites pastorales assidues aux communautés ecclésiales - même les plus lointaines et les plus humbles -, la prière prolongée, la préparation soignée de la prédication, l'attention paternelle envers les prêtres, les familles, les jeunes, les catéchistes et les autres agents de pastorale, sont la meilleure façon pour susciter chez tous le désir ardent d'être des messagers de la Bonne Nouvelle du salut, en vous ouvrant dans le même temps les portes du cœur de ceux qui vous entourent, en particulier des malades et des plus démunis.

5. L'Eglise dans votre nation a pu compter dès sa naissance sur la présence bénéfique de généreux membres appartenant à la vie consacrée. Il est très important que vous continuiez à accompagner et à encourager fraternellement les religieux et les religieuses présents dans vos Eglises particulières, afin que, vivant fidèlement les conseils évangéliques selon leur propre charisme, ils continuent à apporter un témoignage vigoureux d'amour à Dieu, d'adhésion inébranlable au magistère de l'Eglise et de collaboration attentive aux programmes pastoraux diocésains.

6. Je pense à présent, en particulier, aux Péruviens qui n'ont pas de travail ni de services éducatifs et médicaux adaptés, ou à ceux qui vivent dans les banlieues des grandes villes et dans des zones isolées. Je pense également à ceux qui sont victimes de la drogue ou de la violence. Nous ne pouvons pas ignorer ces frères les plus faibles et aimés de Dieu, en gardant toujours à l'esprit que la charité du Christ nous pousse (cf. 2 Co 5, 14; Rm 12, 9; 13, 8; 15, 1-3).

7. En concluant cette rencontre qui m'est chère, je demande au Seigneur Jésus de vous éclairer dans votre service pastoral au Peuple de Dieu. Vous serez parfois victimes du découragement, mais les paroles du Christ à saint Paul doivent vous réconforter dans l'exercice de votre responsabilité:  "Ma grâce te suffit:  ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse" (2 Co 12, 9).

Avec cette vive espérance, je vous demande de transmettre mon salut affectueux aux évêques émérites, aux prêtres, aux diacres et aux séminaristes, aux communautés religieuses et aux fidèles du Pérou.

Que la Très Sainte Vierge Marie, Notre-Dame de l'évangélisation, vous protège toujours avec son amour de Mère! Alors que j'invoque son intercession, et celle de tous les saints et les saintes vénérés en particulier parmi vous, je vous donne de tout cœur ma Bénédiction apostolique.

© Copyright 2009 - Libreria Editrice Vaticana

   



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana