Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À S.E. Mme GENEVIÈVE D. TSEGAH,
NOUVEL AMBASSADEUR DU GHANA PRÈS LE SAINT-SIÈGE

Salle Clémentine
Jeudi 9 juin 2011

 

Votre Excellence,

En vous accueillant au Vatican et en acceptant les Lettres de Créance qui vous accréditent en tant qu’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Ghana près le Saint-Siège, je désire avant tout vous exprimer ma gratitude pour m’avoir transmis les salutations cordiales de votre président, S.E. M. John Evans Atta Mills, et je vous prie de bien vouloir lui transmettre en retour mes meilleurs vœux, ainsi que mon appréciation pour les bonnes relations qui existent entre le Saint-Siège et votre pays.

Il est largement reconnu que le Ghana a réussi à surmonter certains obstacles en vue d’accomplir des progrès économiques, sociaux et politiques constants au cours des derniers temps. Il est certain que la tenue d’élections démocratiques régulières et pacifiques rend honneur tant au peuple qu’aux responsables de votre pays. L’établissement d’une harmonie ethnique également, avec la contribution des communautés chrétiennes locales, y compris l’Eglise catholique, a représenté un facteur important pour créer des conditions de paix, de stabilité et de plus grand progrès social pour tous vos citoyens. Je souhaite que ce processus soit couronné par le succès de la consultation constitutionnelle en cours, de façon à ce que le cadre législatif et administratif de la nation puisse consolider une culture de participation responsable et active au développement du pays dans la liberté, la justice et la solidarité.

J’ai également noté le climat de liberté religieuse qui règne au Ghana. Une société démocratique qui promeut la liberté de religion et la liberté de culte, et qui reconnaît la présence d’institutions religieuses qui s’efforcent de surmonter les intérêts politiques et sont au contraire motivées par la foi et les valeurs morales, comprend qu’il y a beaucoup à gagner de ces libertés pour une croissance positive de toutes les institutions du pays. Les pays concernés peuvent assurément tirer de nombreux bénéfices de ces institutions, en puisant à la sagesse contenue dans les traditions religieuses, en particulier lorsque les citoyens sont confrontés à des questions auxquelles la science et la technologie n’apportent que peu ou pas de réponse. En effet, ici, les intérêts séculiers et religieux trouvent une base commune et peuvent croître ensemble, en alliant les exigences du progrès macroéconomique et de la connaissance scientifique avec la sagesse éternelle de la religion et sa connaissance de l’homme et de la société. Tous peuvent bénéficier de cette coopération dans un monde incertain dans ses choix moraux et qui est souvent guidé par des intérêts limités et par l’égoïsme.

Votre Excellence, votre pays possède des ressources naturelles qui apportent à présent la prospérité à votre peuple. Il faut souhaiter que, à travers la solidarité sociale, les revenus découlant de l’exploitation correcte de ces ressources contribuent au développement économique durable de votre peuple. Cela doit être atteint, toutefois, en accordant l’attention qui leur est due aux personnes qui sont beaucoup plus pauvres, ou incapables de subvenir aux besoins de leur familles, sans aucune responsabilité de leur part. Dans ce sens, puisse votre pays donner un exemple en établissant des instruments efficaces de solidarité (cf. Centesimus annus, n. 16), en vue du véritable enrichissement de tous les membres de votre société.

Vous avez également mentionné le travail de l’Eglise catholique au Ghana dans les domaines de l’éducation, de la santé et des autres services sociaux. Motivée par l’amour du Christ, et agissant sur la base de la dignité humaine commune à tous les membres de la famille humaine, l’Eglise désire contribuer de nombreuses façons au bien de la société, en particulier dans les domaines que vous avez mentionnés. Elle collabore volontiers avec les autorités civiles partout où elle peut remplir sa mission sans obstacles, à la lumière des valeurs de l’Evangile.

Enfin, Votre Excellence, je vous souhaite tout le succès possible dans votre mission en tant qu’ambassadeur de la République du Ghana près le Saint-Siège, et je vous assure de la collaboration des bureaux de la Curie romaine. Puisse Dieu tout-puissant déverser sur vous des Bénédictions abondantes et durables d’harmonie, de prospérité et de paix!

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana