Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX ÉVÊQUES DE LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE D'INDE
IN VISITA "AD LIMINA APOSTOLORUM"

Sallle du Consistoire, Palais Apostolique de Castel Gandolfo
Lundi 19 septembre 2011

Chers frères dans l’épiscopat,

Je vous souhaite une chaleureuse bienvenue à l’occasion de votre visite ad limina Apostolorum, une heureuse occasion de renforcer les liens de communion qui unissent l’Eglise qui est en Inde et le Siège de Pierre. Je tiens à remercier Mgr Vincent Concessao des paroles courtoises qu’il m’a adressées en votre nom et au nom de ceux qui sont confiés à votre attention pastorale. Mes salutations cordiales vont aussi aux prêtres, aux religieux et religieuses, et aux laïcs de vos différents diocèses. Veuillez les assurer de mes prières et de ma sollicitude spirituelle.

Les ressources concrètes les plus significatives des Eglises à la tête desquelles vous vous trouvez ne sont pas à chercher dans les bâtiments qu’elles possèdent, leurs écoles, orphelinats, couvents et presbytères, mais dans les hommes, les femmes et les enfants de l’Eglise qui est en Inde, qui donnent vie à la foi, qui rendent témoignage de la présence pleine d’amour de Dieu à travers leur vie de sainteté. Une part de l’ancien et riche héritage de l’Inde est constitué par la longue et noble présence chrétienne qui a apporté sa contribution à la société indienne et dont votre culture a bénéficié d’innombrables manières, en enrichissant les vies d’un très grand nombre de vos concitoyens, pas seulement catholiques. L’immense bénédiction de foi en Dieu et en son Fils, Jésus Christ, dont les membres de l’Eglise rendent témoignage dans votre pays, les engagent à des actions de générosité, de bonté, d’amour et de charité (cf. 2 Co 5, 14). Plus important encore, l’Eglise qui est en Inde proclame sa foi et son amour à la société dans son ensemble, et elle les met en œuvre à travers une sollicitude à l’égard de tous, sous tous les aspects de leurs vies spirituelles et matérielles. Que ses membres soient riches ou pauvres, jeunes ou âgés, hommes ou femmes, d’ancienne tradition chrétienne ou nouvellement accueillies dans la foi, l’Eglise ne peut manquer de voir dans la foi de ses membres, à l’échelle individuelle et collective, un important signe d’espérance pour l’Inde et pour son avenir.

L’Eglise catholique est en particulier l’amie des pauvres. Comme le Christ, elle accueille sans exception tous ceux qui viennent à sa rencontre pour écouter le message divin de paix, d’espérance et de salut. Plus encore, en obéissance au Seigneur, elle continue de le faire pour les «hommes de toute race, langue, peuple et nation» (cf. Ap 5, 9), car dans le Christ, «nous ne formons qu’un seul corps» (cf. Rm 12, 5). Il est donc impératif que le clergé, les religieux et les catéchistes dans vos diocèses soient attentifs aux diverses situations linguistiques, culturelles et économiques de ceux qu’ils servent.

De plus, si les Eglises locales s’assurent qu’une formation appropriée soit dispensée à ceux qui, authentiquement motivés par l’amour de Dieu et de leur prochain, souhaitent devenir chrétiens, elles seront fidèles au commandement du Christ de «faire des disciples de toutes les nations» (cf. Mt 28, 19). Chers frères, même si vous devez prendre en compte les défis qu’implique la nature missionnaire de l’Eglise, vous devez toujours être prêts à élargir le Royaume de Dieu et à marcher dans les pas du Christ, qui fut lui aussi incompris, méprisé, faussement accusé et qui souffrit pour le bien de la vérité. Ne vous découragez face à de telles épreuves dans le cadre de votre ministère ou à celles que traversent les prêtres et les personnes consacrées de votre diocèse. Notre foi dans la certitude de la résurrection du Christ nous donne confiance et courage pour affronter tout ce qui peut arriver et pour aller de l’avant, en bâtissant le Royaume de Dieu, toujours soutenus par la grâce des sacrements et à travers la méditation des Ecritures dans la prière. Dieu accueille chacun, sans distinction, dans l’union avec Lui à travers l’Eglise. Je prie donc moi aussi pour que l’Eglise qui est en Inde continue d’accueillir chacun, et en priorité les pauvres, et d’être un pont exemplaire entre les hommes et Dieu.

Enfin, mes chers frères dans l’épiscopat, je remarque avec gratitude les divers efforts que les Eglises locales ont faits en Inde pour commémorer le vingt-cinquième anniversaire de la première visite apostolique du Pape Jean-Paul II dans votre pays. Au cours de ces jours mémorables, il eut de nombreux entretiens importants avec les chefs d’autres traditions religieuses. Manifestant son respect personnel pour ses interlocuteurs, ce Pape béni donna un témoignage authentique de la valeur du dialogue interreligieux. Je renouvelle les sentiments qu’il exprima si bien: «Se prodiguer pour réaliser et protéger tous les droits humains, y compris le droit fondamental de rendre un culte à Dieu selon les impératifs d’une droite conscience et de professer la foi extérieurement doit faire toujours plus l’objet de la collaboration à tous les niveaux entre les religions» (Jean-Paul II, Rencontre avec les représentants des différentes traditions religieuses et culturelles et avec les jeunes au Stade Indira Gandhi, 2 février 1986; cf. orlf n. 6 du 11 février 1986). Chers frères, je vous encourage à prendre en charge les progrès des efforts de l’Eglise pour promouvoir le bien-être de la société indienne à travers une attention continuelle à la promotion des droits fondamentaux — les droits communs à toute l’humanité — et en invitant vos frères chrétiens et les disciples d’autres traditions religieuses à relever le défi d’affirmer la dignité de toute personne humaine. Cette dignité, exprimée en vue de respecter et de promouvoir des droits moraux, spirituels et matériels innés de la personne, n’est pas seulement une concession accordée par une quelconque autorité terrestre. C’est le don du Créateur, et elle découle du fait que nous sommes créés à son image et ressemblance. Je prie pour que les disciples du Christ en Inde continuent de se faire des promoteurs de justice, des artisans de paix, des personnes respectueuses du dialogue, et des amants de la vérité sur Dieu et sur l’homme.

Chers frères, avec ces pensées, je vous renouvelle mes sentiments d’affection et d’estime. Je recommande chacun de vous à l’intercession du bienheureux Jean-Paul II qui, devant le trône de notre Père dans les cieux, transmet, nous en sommes sûrs, son affection pour l’Inde. En vous assurant de mes prières pour vous et pour ceux qui sont confiés à vos soins pastoraux, je vous donne avec plaisir la Bénédiction apostolique en gage de grâce et de paix dans le Seigneur.

© Copyright 2011 - Libreria Editrice Vaticana



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana