Index   Back Top Print

[ AR  - DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

FÊTE DE LA SAINTE FAMILLE DE NAZARETH

PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 28 décembre 2014

[Multimédia]


 

Chers frères et sœurs, bonjour!

En ce premier dimanche après Noël, alors que nous sommes encore plongés dans le climat joyeux de la fête, l’Eglise nous invite à contempler la Sainte-Famille de Nazareth. L’Evangile nous présente aujourd’hui la Vierge et saint Joseph au moment où, quarante jours après la naissance de Jésus, ils se rendent au temple de Jérusalem. Ils le font en religieuse obéissance à la Loi de Moïse, qui prescrit d’offrir au Seigneur le fils premier-né (cf. Lc 2, 22-24).

Nous pouvons imaginer cette petite famille, parmi tant de personnes, dans les grandes cours du temple. Elle ne saute pas à l’œil, elle ne se distingue pas... Pourtant elle ne passe pas inobservée! Deux personnes âgées, Siméon et Anne, animées par l’Esprit Saint, s’approchent et se mettent à louer Dieu pour cet enfant, en qui ils reconnaissent le Messie, lumière des nations et salut d’Israël (cf. Lc 2, 22-38). C’est un moment simple mais riche de prophétie: la rencontre entre deux jeunes époux pleins de joie et de foi pour les grâces du Seigneur; et deux personnes âgées, elles aussi pleines de joie et de foi pour l’action de l’Esprit. Qui les fait se rencontrer? Jésus. Jésus les fait se rencontrer: les jeunes et les personnes âgées. Jésus est Celui qui rapproche les générations. Il est la source de cet amour qui unit les familles et les personnes, vainqueur de toute méfiance, de tout isolement, de tout éloignement. Cela nous fait penser également aux grand-parents: combien leur présence est importante, la présence des grand-parents! Combien leur rôle dans la famille et dans la société est précieux! Le bon rapport entre les jeunes et les personnes âgées est décisif pour le chemin de la communauté civile et ecclésiale. Et en regardant ces deux personnes âgées, ces deux grand-parents — Siméon et Anne — nous saluons ici, par un applaudissement, tous les grand-parents du monde.

Le message qui provient de la Sainte-Famille est tout d’abord un message de foi. Dans la vie familiale de Marie et Joseph Dieu est vraiment au centre, il l’est en la Personne de Jésus. C’est pourquoi la famille de Nazareth est sainte. Pourquoi? Parce qu’elle est centrée sur Jésus.

Quand les parents et les enfants respirent ensemble ce climat de foi, ils possèdent une énergie qui leur permet d’affronter des épreuves mêmes difficiles, comme le montre l’expérience de la Sainte-Famille, par exemple lors de l’événement dramatique de la fuite en Egypte: une dure épreuve.

L’Enfant-Jésus, avec sa Mère Marie et avec saint Jospeh, sont une icône familiale simple mais très lumineuse. La lumière qui en rayonne est une lumière de miséricorde et de salut pour le monde entier, une lumière de vérité pour chaque homme, pour la famille humaine et pour chaque famille. Cette lumière qui provient de la Sainte-Famille nous encourage à offrir de la chaleur humaine dans ces situations familiales où, pour divers motifs, manque la paix, manque l’harmonie, manque le pardon. Que notre solidarité concrète ne manque pas en particulier à l’égard des familles qui vivent des situations plus difficiles en raison de maladies, du manque de travail, de discriminations, de la nécessité d’émigrer... Et ici arrêtons-nous un peu et prions en silence pour toutes ces familles en difficulté, que ce soit des difficultés liées à la maladie, au manque de travail, à la discrimination, à la nécessité d’émigrer, ou que ce soit des difficultés à se comprendre et aussi dues au divisions. En silence prions pour toutes ces familles... (Je vous salue Marie...).

Confions à Marie, Reine et mère de la famille, toutes les familles du monde, afin qu’elles puissent vivre dans la foi, dans la concorde, dans l’aide réciproque, et c’est pourquoi j’invoque sur elles la protection maternelle de Celle qui fut mère et fille de son Fils.


A l’issue de l’Angélus

Chères frères et sœurs,

En ce moment, ma pensée va aux passagers de l’avion malaisien qui a a disparu alors qu’il était en vol entre l’Indonésie et Singapour, ainsi qu’aux passagers des ferries en circulation ces dernières heures dans les eaux de la Mer Adriatique frappés par plusieurs accidents. Je suis proche par l’affection et la prière de leurs familles et de ceux qui vivent avec appréhension et souffrance ces situations difficiles et de ceux qui sont engagés dans les opérations de secours.

Aujourd’hui mon premier salut va à toutes les familles présentes! Que la Sainte-Famille vous bénisse et vous guide sur votre chemin.

Je souhaite à tous un bon dimanche. Je vous remercie encore de vos vœux et de vos prières: continuez à prier pour moi. Bon déjeuner et au revoir!

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana