Index   Back Top Print

[ AR  - DE  - EN  - ES  - FR  - HR  - IT  - PT ]

PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 10 février 2019

[Multimédia]


Chers frères et sœurs, bonjour!

L’Evangile d’aujourd’hui (cf. Lc 5, 1-11) nous propose, dans le récit de Luc, l’appel de saint Pierre. Son nom — nous le savons — était Simon et il était pêcheur. Jésus, sur la rive du lac de Galilée, le voit alors qu’il rangeait ses filets, avec d’autres pécheurs. Il le trouve fatigué et déçu, parce que cette nuit-là ils n’avaient rien pêché. Et Jésus le surprend par un geste imprévu: il monte dans sa barque et lui demande de s’éloigner un peu du rivage parce qu’il veut parler à la foule de là-bas — il y avait beaucoup de monde. Ainsi, Jésus s’assied dans la barque de Simon et enseigne à la foule rassemblée sur la rive. Mais ses paroles ouvrent à nouveau le cœur de Simon à la confiance. Alors Jésus, avec une autre «manœuvre» surprenante, lui dit: «Avance en eau profonde, et lâchez vos filets pour la pêche» (v. 4).

Simon répond par une objection: «Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre…». Et, comme pêcheur expert, il aurait pu ajouter: «Si nous n’avons rien pris de nuit, nous prendrons encore moins de jour». Au contraire, inspiré par la présence de Jésus et éclairé par sa Parole, il dit: «… mais, sur ta parole, je vais lâcher les filets» (v. 5). C’est la réponse de la foi, que nous aussi nous sommes appelés à donner; c’est l’attitude de disponibilité que le Seigneur demande à tous ses disciples, surtout à ceux qui ont des tâches de responsabilité dans l’Eglise. Et l’obéissance confiante de Pierre engendre un résultat prodigieux: «Et l’ayant fait, ils capturèrent une grande multitude de poissons» (v. 6).

Il s’agit d’une pêche miraculeuse, signe de la puissance de la parole de Jésus: quand nous nous mettons avec générosité à son service, Il accomplit en nous de grandes choses. Il agit ainsi avec chacun de nous: il nous demande de l’accueillir sur la barque de notre vie, pour repartir avec Lui et sillonner une mer nouvelle, qui se révèle chargée de surprises. Son invitation à sortir dans la haute mer de l’humanité de notre temps, pour être témoins de bonté et de miséricorde, donne un sens nouveau à notre existence, qui risque souvent de s’aplatir sur elle-même. Nous pouvons parfois être surpris et titubants face à l’appel que nous adresse le divin Maître, et nous sommes tentés de le refuser en raison de notre insuffisance. Pierre aussi, après cette pêche incroyable, dit à Jésus: «Eloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur» (v. 8). Cette humble prière est belle: «Eloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur». Mais il le dit à genoux, devant Celui qu’il reconnaît désormais comme «Seigneur». Et Jésus l’encourage en disant: «Sois sans crainte; désormais ce sont des hommes que tu prendras» (v. 10), car Dieu, si nous lui faisons confiance, nous libère de notre péché et nous ouvre un nouvel horizon: collaborer à sa mission.

Le plus grand miracle accompli par Jésus pour Simon et les autres pêcheurs déçus et fatigués, n’est pas tant le filet rempli de poissons, que le fait de les avoir aidés à ne pas devenir victimes de la déception et du découragement face aux échecs. Il les a ouverts à devenir des annonciateurs et des témoins de sa parole et du règne de Dieu. Et la réponse des disciples a été prompte et totale: «Et ramenant les barques à terre, laissant tout, ils le suivirent» (v. 11). Que la Sainte Vierge, modèle de prompte adhésion à la volonté de Dieu, nous aide à sentir la fascination de l’appel du Seigneur, et nous rende disponibles à collaborer avec Lui pour diffuser partout sa parole de salut.


A l’issue de l’Angélus

Chers frères et sœurs, il y a deux jours, en la mémoire liturgique de sainte Joséphine Bakhita, a eu lieu la cinquième «Journée mondiale contre la traite des personnes». Le thème de cette année est: «Ensemble contre la traite» [applaudissements sur la place Saint-Pierre] — Encore une fois! [nouveaux applaudissements] «Ensemble contre la traite»! N’oubliez pas cela. Il invite à unir les forces pour vaincre ce défi. Je remercie tous ceux qui combattent sur ce front, en particulier de nombreuses religieuses. Je fais appel en particulier aux gouvernants, pour que les causes de ce fléau soient affrontées avec décision et que les victimes soient protégées. Mais nous pouvons et nous devons tous collaborer en dénonçant les cas d’exploitation et d’esclavage d’hommes, de femmes et d’enfants. La prière est la force qui soutient notre engagement commun. C’est pourquoi, je vous invite à présent à réciter ensemble, avec moi, la prière à sainte Joséphine Bakhita qui a été distribuée place Saint-Pierre. Prions ensemble.

Sainte Joséphine Bakhita, enfant tu as été vendue comme esclave et tu as dû affronter des difficultés et des souffrances indicibles.

Une fois libérée de ton esclavage physique, tu as trouvé la vraie rédemption dans la rencontre avec le Christ et son Eglise.

Sainte Joséphine Bakhita, aide ceux qui sont prisonniers de l’esclavage.

En leur nom, intercède auprès du Dieu de la miséricorde, afin que les chaînes de leur prison puissent être brisées. Puisse Dieu lui-même libérer tous ceux qui ont été menacés, blessés ou maltraités par la traite et par le trafic d’êtres humains. Apporte le réconfort à ceux qui survivent à cet esclavage et enseigne-leur à voir en Jésus le modèle de foi et d’espérance, afin que leurs blessures puissent guérir.

Nous te supplions de prier et d’intercéder pour chacun de nous: afin que nous ne tombions pas dans l’indifférence, afin que nous ouvrions les yeux et que nous puissions regarder les misères et les blessures de tous nos frères et sœurs privés de leur dignité et de leur liberté et écouter leur cri de demande d’aide. Amen.

Sainte Joséphine Bakhita, prie pour nous.

Je vous salue tous, romains et pèlerins! Je souhaite à tous un bon dimanche. S’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon déjeuner.

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana