Index   Back Top Print

[ AR  - DE  - EN  - ES  - FR  - HR  - IT  - PL  - PT ]

PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 5 janvier 2020

[Multimédia]


 

Chers frères et sœurs, bonjour!

En ce deuxième dimanche du Temps de Noël, les lectures bibliques nous aident à élargir notre regard, pour avoir une pleine conscience de la signification de la naissance de Jésus.

L’Evangile, avec le prologue de saint Jean, nous montre la nouveauté bouleversante: le Verbe éternel, le Fils de Dieu, «se fit chair» (v. 14). Non seulement il est venu habiter parmi le peuple, mais il s’est fait l’un du peuple, l’un d’entre nous! Après cet événement, nous n’avons plus seulement une loi, une institution pour orienter notre vie, mais une Personne, une Personne divine, Jésus, qui oriente notre vie, qui nous fait aller sur la route car lui-même l’a fait auparavant.

Saint Paul bénit Dieu pour son dessein d’amour réalisé en Jésus Christ (cf. Ep 1, 3-6.15-18). Dans ce dessein, chacun de nous trouve sa  vocation fondamentale. Quelle est-elle? Saint Paul nous dit ceci: nous sommes prédestinés à être des enfants de Dieu par l’œuvre de Jésus Christ. Le Fils de Dieu s’est fait homme pour faire de nous, les hommes, des enfants de Dieu. C’est pourquoi le Fils éternel s’est fait chair: pour nous introduire dans sa relation filiale  avec le Père.

Donc, chers frères et sœurs, alors que nous continuons à contempler le signe admirable de la Crèche, la liturgie d’aujourd’hui nous dit que l’Evangile du Christ n’est pas une fable, n’est pas un mythe, un récit édifiant, non. L’Evangile du Christ est la pleine révélation du dessein de Dieu, du dessein de Dieu sur l’homme et sur le monde. C’est un message à la fois simple et grandiose, qui nous pousse à nous demander: quel projet concret le Seigneur a-t-il placé en moi, en actualisant encore sa naissance parmi nous?

C’est l’apôtre Paul qui nous suggère la réponse: «[Dieu] nous a élus [...] pour être saints et immaculés en sa présence dans l’amour» (v. 4). Voilà la signification de Noël. Si le Seigneur continue à venir parmi nous, s’il continue à nous faire don de sa Parole, c’est pour que chacun de nous puisse répondre à cet appel: devenir saints dans l’amour. La sainteté est appartenance à Dieu, est communion avec Lui, transparence de sa bonté infinie. La sainteté est préserver  le don que Dieu nous a donné. Seulement cela: préserver la gratuité. C’est cela être saint. C’est pourquoi, celui qui accueille en lui la sainteté comme don de grâce, ne peut que la traduire en action concrète dans la vie quotidienne. Ce don, cette grâce que Dieu m’a donnés, je les traduis en actions concrètes dans le quotidien, dans la rencontre avec les autres. Cette charité, cette miséricorde envers mon prochain, reflet de l’amour de Dieu,  purifie dans le même temps  notre cœur et nous dispose au pardon, en nous rendant chaque jour plus «immaculés». Mais pas immaculés dans le sens où j’enlève une tache: immaculés dans le sens où Dieu entre en nous, le don, la gratuité de Dieu entre en nous et nous la préservons et la donnons aux autres.

Que la Vierge Marie nous aide à accueillir avec joie et gratitude le dessein divin d’amour réalisé en Jésus Christ.


A l’issue de l’Angélus

Chers frères et sœurs, dans de nombreuses parties du monde on ressent une terrible atmosphère de tension. La guerre n’apporte que la mort et le destruction. Nous demandons à toutes les parties de garder allumée la flamme du dialogue et de l’autocontrôle et de conjurer l’ombre de l’inimitié. Prions en silence pour que le Seigneur nous donne cette grâce.

Je vous adresse un salut cordial, pèlerins d’Italie et d’autres pays. Je salue les familles, les associations, les groupes paroissiaux, en particulier les jeunes de la confirmation de Mozzo et Almè — votre  panneau est très beau! —, du diocèse de Bergame, et le groupe de la  «Fraterna Domus».

En ce premier dimanche de l’année, je renouvelle à tous mes vœux de sérénité et de paix dans le Seigneur. Dans les moments heureux et dans ceux difficiles, remettons-nous à Lui, qui est notre espérance! Je rappelle également l’engagement que nous avons pris le jour de l’an, journée de la paix: «La paix comme chemin d’espérance: dialogue, réconciliation et conversion écologique». Avec la grâce de Dieu, nous pourrons le mettre en pratique.

Je vous souhaite un bon dimanche. Et, s’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon déjeuner et  à demain pour la solennité de l’Epiphanie.

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana