Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS
AUX PARTICIPANTS À LA 37
e CONVOCATION NATIONALE
DU RENOUVEAU DANS L'ESPRIT

Stade olympique de Rome
Dimanche 1er juin 2014

Vidéo

Paroles du Pape aux prêtres :

A vous, les prêtres, j’ai envie de dire un seul mot : proximité. Proximité à Jésus-Christ, dans la prière et dans l’adoration. Proximité au Seigneur, et proximité aux gens, au peuple de Dieu qui vous a été confié. Aimez votre peuple, soyez proche des gens. C’est ce que je vous demande à vous, cette double proximité : proximité à Jésus et proximité aux gens.

Paroles du Pape aux jeunes :

Ce serait triste qu’un jeune garde sa jeunesse dans un coffre fort : cette jeunesse deviendrait vielle, dans le pire sens du terme ; elle deviendrait un chiffon ; ne servant à rien. La jeunesse est faite pour être risquée : bien la risquer, la risquer avec espérance. Elle est faite pour être misée sur de grandes choses. La jeunesse est faite pour être donnée, afin que les autres connaissent le Seigneur. N’économisez pas votre jeunesse pour vous-mêmes : allez de l’avant.

Paroles du Pape aux familles :

Les familles sont l’Église domestique, où Jésus grandit, grandit dans l’amour des conjoints, grandit dans la vie des enfants. Et c’est pour cela que l’ennemi attaque tellement la famille : le démon n’en veut pas ! Et il cherche à la détruire, il cherche à faire en sorte que l’amour n’y soit pas. Les familles sont cette Église domestique. Les époux sont des pécheurs, comme chacun, mais ils veulent aller de l’avant dans la foi, dans leur fécondité, dans les enfants et dans la foi des enfants. Que le Seigneur bénisse la famille, qu’il la rende forte dans cette crise par laquelle le diable veut la détruire.

Paroles du Pape aux handicapés :

Les frères et sœurs qui souffrent, qui ont une maladie, qui sont handicapés, sont des frères et des sœurs oints par la souffrance de Jésus-Christ, ils imitent Jésus dans le moment difficile sa croix, de sa vie. Cette onction de la souffrance ils la portent pour toute l’Église. Merci beaucoup, frères et sœurs, merci beaucoup d’accepter d’être oints par la souffrance. Merci beaucoup pour l’espérance dont vous témoignez, cette espérance qui nous porte en avant, en recherchant la caresse de Jésus.

Paroles sur les personnes âgées :

Je disais à Salvatore qu’il manque peut-être quelqu’un, peut-être les plus importants : il manque les grand parents ! Il manque les anciens ; ils sont l’assurance de notre foi, les « vieux ». Regardez, quand Marie et Joseph ont porté Jésus au Temple, il y en avait deux ; et quatre fois, si non cinq – je ne me rappelle pas bien – l’Évangile dit qu’ « ils ont été conduits par l’Esprit Saint ». De Marie et de Joseph il est dit en revanche qu’ils ont été conduits par la Loi. Les jeunes doivent accomplir la loi, les anciens – comme le bon vin – ont la liberté de l’Esprit. Et ainsi, Siméon, qui était courageux, a inventé une « liturgie », et il louait Dieu, il louait… et c’était l’Esprit qui le poussait à faire cela. Les personnes âgées ! Elles sont notre sagesse, elles sont la sagesse de l’Église ; les personnes âgées, que tant de fois nous rejetons, les grands parents, les personnes âgées…Et cette grand-mère, Anne, elle a fait une chose extraordinaire dans l’Église : elle a canonisé les bavardages ! Et comment elle a fait ? comme ça : au lieu de bavarder contre quelqu’un, elle allait et venait en disant de Jésus : « c’est lui, c’est lui qui nous sauvera ! » Et ça c’est bien. Les grand-mères et les grand-pères sont notre force et notre sagesse. Que le Seigneur nous donne toujours des personnes âgées sages ! Des anciens qui nous donnent la mémoire de notre peuple, la mémoire de l’Église. Et qu’ils nous donnent aussi ce que dit d’eux la lettre aux Hébreux : le sens de la joie. Elle dit que les personnes âgées, saluaient les promesses de loin ; qu’ils nous enseignent cela.

Prière du Pape :

Seigneur, regarde ton peuple en attente du Saint Esprit. Regarde les jeunes, regarde les familles, regarde les enfants, regarde les malades, regarde les prêtres, les personnes consacrées, regarde nous les évêques, regarde nous tous. Et accorde-nous cette sainte ivresse, celle de l’Esprit, celle qui nous fait parler toutes les langues, les langues de la charité, toujours proches des frères et des sœurs qui ont besoin de nous. Enseigne-nous à ne pas lutter entre nous pour avoir un peu plus de pouvoir ; enseigne-nous à être humbles, enseigne-nous à aimer davantage l’Église que notre parti, que nos « bisbilles » internes ; enseigne-nous à avoir le cœur ouvert pour recevoir l’Esprit. Envoie, O Seigneur, ton Esprit sur nous ! Amen.


Chers frères et sœurs !

Je vous remercie beaucoup pour votre accueil. Sûrement, quelqu’un a fait savoir aux organisateurs que ce chant, « Vive Gesù, il Signore » me plaît beaucoup… Quand je célébrais la Sainte Messe dans la Cathédrale de Buenos Aires avec le Renouveau Charismatique, après la consécration et après quelques secondes d’adoration en langues, nous exécutions ce chant avec beaucoup de joie et avec force, comme vous l’avez fait aujourd’hui. Merci ! Je me suis senti à la maison.

Je remercie le Renouveau dans l’Esprit, l’ICCRS et la Catholic Fraternity pour cette rencontre avec vous, qui me donne beaucoup de joie. Je remercie aussi pour la présence des premiers qui ont fait une forte expérience de la puissance de l’Esprit-Saint ; je crois que Patty est présente ici… Vous, Renouveau charismatique, vous avez reçu un grand don du Seigneur. Vous êtes nés d’une volonté de l’Esprit-Saint comme ‘‘un courant de grâce dans l’Église et pour l’Église’’. Voici votre définition : un courant de grâce.

Le premier don du Saint-Esprit, quel est-il ? Le don de Lui-même, qui est amour et te rend amoureux de Jésus. Et cet amour change la vie. Pour cela, on dit ‘‘naître de nouveau à la vie de l’Esprit’’. Jésus l’avait dit à Nicodème. Vous avez reçu le grand don de la diversité des charismes, la diversité qui mène à l’harmonie de l’Esprit-Saint, au service de l’Église.

Quand je pense à vous charismatiques, il me vient à l’idée l’image même de l’Église, mais de manière particulière : je pense à un grand orchestre, dans lequel chaque instrument est différent de l’autre et les voix sont également différentes, mais où tous sont nécessaires pour l’harmonie de la musique. Saint Paul nous le dit, dans le chapitre XII de la Première Lettre aux Corinthiens. Donc, comme dans un orchestre, personne dans le Renouveau ne peut se croire plus important ou plus grand que l’autre, s’il vous plaît ! Parce que, quand quelqu’un d’entre vous se croit plus important que l’autre, plus grand que l’autre, commence la peste ! Personne ne peut dire : ‘‘Je suis le chef’’. Vous, comme toute l’Église, vous avez un seul chef, un seul Seigneur : le Seigneur Jésus. Répétez avec moi : qui est le chef du Renouveau ? Le Seigneur Jésus ! Qui est le chef du Renouveau ? [la foule] Le Seigneur Jésus ! Et nous pouvons dire cela avec la force que nous donne l’Esprit-Saint, parce que personne ne peut dire ‘‘Jésus est le Seigneur’’ sans l’Esprit-Saint.

Comme vous le savez peut-être – parce que les nouvelles vont vite – les premières années du Renouveau Charismatique à Buenos Aires, je n’aimais pas beaucoup ces charismatiques. Et je disais d’eux : ‘‘Ils ont l’air d’une école de samba !’’. Je ne partageais pas leur façon de prier et les nombreuses nouvelles choses qui se passaient dans l’Église. Après, j’ai commencé à les connaître et en fin de compte j’ai compris le bien que le Renouveau Charismatique fait à l’Église. Et cette histoire, qui de l’‘‘école de samba’’ progresse, finit d’une manière singulière : peu de mois avant de participer au Conclave, j’ai été nommé, par la Conférence Épiscopale, assistant du Renouveau Charismatique en Argentine.

Le Renouveau Charismatique est une grande force au service de l’annonce de l’Évangile, dans la joie de l’Esprit-Saint. Vous avez reçu l’Esprit-Saint qui vous a fait découvrir l’amour de Dieu pour tous ses enfants et l’amour de la Parole. Les premiers temps, on disait que vous les charismatiques, vous aviez toujours sur vous une Bible, le Nouveau Testament… Vous le faites encore aujourd’hui ? [la foule] Oui ! Je n’en suis pas très sûr ! Sinon, retournez à ce premier amour : avoir toujours en poche, dans le sac, la Parole de Dieu. Et en lire un passage. Toujours avec la Parole de Dieu.

Vous, peuple de Dieu, peuple du Renouveau Charismatique, faites attention à ne pas perdre la liberté que l’Esprit Saint nous a donnée. Le danger pour le Renouveau, comme le dit souvent notre cher Père Raniero Cantalamessa, c’est celui de l’organisation excessive : le danger de l’organisation excessive.

Oui, vous avez besoin d’organisation, mais ne perdez pas la grâce de laisser Dieu être Dieu ! «Toutefois, il n’y a pas de plus grande liberté que de se laisser guider par l’Esprit, en renonçant à vouloir calculer et contrôler tout, et de permettre à l’Esprit de nous éclairer, de nous guider, de nous orienter, et de nous conduire là où il veut. Il sait bien ce dont nous avons besoin à chaque époque et à chaque instant. On appelle cela être mystérieusement féconds ! » (Exhort. ap. Evangelii gaudium, n. 280).

Un autre danger est celui de devenir des ‘‘contrôleurs’’ de la grâce de Dieu. Tant de fois, les responsables (je préfère le nom de ‘‘serviteurs’’) d’un groupe ou d’une communauté deviennent, peut-être sans le vouloir, des administrateurs de la grâce, décidant qui peut recevoir la prière d’effusion ou le baptême dans l’Esprit et qui, au contraire, ne le peut pas. Si certains agissent ainsi, je vous prie de ne plus le faire, de ne plus le faire ! Vous, vous êtes dispensateurs de la grâce de Dieu, et non contrôleurs ! N’érigez pas de douane à l’Esprit-Saint !

Dans les Documents de Malines, vous avez un guide, un parcours sûr pour ne pas vous tromper de chemin. Le premier document est : Orientation théologique et pastorale. Le second est : Renouveau Charismatique et Œcuménisme, écrit par le Cardinal Suenens lui-même, grand protagoniste du Concile Vatican II. Le troisième est : Renouveau Charismatique et service de l’homme, écrit par le Cardinal Suenens et l’Évêque Helder Camara.

Voici votre parcours : évangélisation, œcuménisme spirituel, soins des pauvres et des nécessiteux, et accueil des marginalisés. Et tout cela sur la base de l’adoration ! Le fondement du renouveau, c’est adorer Dieu !

On m’a demandé de dire au Renouveau ce que le Pape attend de vous.

La première chose est la conversion à l’amour de Jésus qui change la vie et fait du chrétien un témoin de l’Amour de Dieu. L’Église s’attend à ce témoignage de vie chrétienne et l’Esprit-Saint nous aide à vivre la cohérence de l’Évangile par notre sainteté.

J’attends de vous que vous partagiez avec tous, dans l’Église, la grâce du Baptême dans l’Esprit Saint (expression qui se lit dans les Actes des Apôtres).

J’attends de vous une évangélisation avec la Parole de Dieu qui annonce que Jésus est vivant et aime tous les hommes.

Que vous donniez un témoignage d’œcuménisme spirituel avec tous ces frères et sœurs des autres Églises et communautés chrétiennes qui croient en Jésus comme Seigneur et Sauveur.

Que vous demeuriez unis dans l’amour que le Seigneur Jésus nous demande pour tous les hommes, et dans la prière au Saint-Esprit pour arriver à cette unité, nécessaire en vue de l’évangélisation au nom de Jésus. Rappelez-vous que « le Renouveau Charismatique est par sa nature même œcuménique… Le Renouveau Catholique se réjouit de ce que l’Esprit-Saint réalise dans les autres Églises » (1 Malines 5, 3).

Rapprochez-vous des pauvres, des nécessiteux, pour toucher dans leur chair la chair blessée de Jésus. Rapprochez-vous, s’il vous plaît !

Cherchez l’unité dans le Renouveau, parce que l’unité vient du Saint-Esprit et naît de l’unité de la Trinité. La division, de qui vient-elle ? Du démon ! La division vient du démon. Fuyez les luttes internes, s’il vous plaît ! Qu’il n’y en ait pas entre vous !

Je veux remercier l’ICCRS et la Catholic Fraternity, les deux organismes de Droit Pontifical du Conseil Pontifical pour les Laïcs au service du Renouveau mondial, engagés à préparer la rencontre mondiale pour les prêtres et les évêques qui se tiendra en juin, l’année prochaine. Je sais qu’ils ont décidé de partager même le bureau et de travailler ensemble en signe d’unité et pour gérer au mieux leurs ressources. Je m’en réjouis beaucoup. Je veux aussi les remercier parce qu’ils organisent déjà le grand jubilé de 2017.

Frères et sœurs, souvenez-vous : adorez Dieu le Seigneur ; c’est cela le fondement ! Adorer Dieu. Cherchez la sainteté dans la nouvelle vie de l’Esprit-Saint. Soyez dispensateurs de la grâce de Dieu. Évitez le danger de l’organisation excessive.

Sortez dans les rues pour évangéliser, en annonçant l’Évangile. Souvenez-vous que l’Église est née ‘‘en sortie’’, ce matin de Pentecôte. Rapprochez-vous des pauvres et touchez dans leur chair la chair blessée de Jésus. Laissez-vous guider par l’Esprit-Saint, avec cette liberté ; et, s’il vous plaît, n’emprisonnez pas le Saint-Esprit ! Avec liberté !

Cherchez l’unité du Renouveau, unité qu’il vient de la Trinité !

Et je vous attends tous, charismatiques du monde, pour célébrer, ensemble avec le Pape, votre grand Jubilé, lors de la Pentecôte de 2017, sur la Place Saint Pierre ! Merci !



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana