Index   Back Top Print

[ ES  - FR ]

Discours à l’Ambassadeur du PEROU,
S.E.M. Hugo de ZELA HURTADO*

13 décembre 1984


1. Au moment où vous venez me présenter les Lettres qui vous accréditent comme Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Pérou près le Saint-Siège, j'ai le plaisir de vous souhaiter cordialement la bienvenue et de vous remercier pour les vœux que vous m'avez transmis de la part de M. le Président Fernando Belaunde Terry. Je vous prie maintenant de transmettre mes meilleurs vœux au Magistrat Suprême de votre pays et de l'assurer de ma prière au Très-Haut pour le bien spirituel de toute la chère nation péruvienne.

Je désire également offrir à Votre Excellence mes vœux sincères pour la bonne fin de l'importante mission qui vous a été confiée et qui ne manquera pas de resserrer encore plus étroitement les liens de respect et de mutuelle collaboration qui existent entre le Saint-Siège et le Pérou.

2. Je désire vous assurer en cette circonstance que le Saint-Siège et l'Église sont disposés à continuer leur aide, dans le cadre de la mission et selon la ligne qui leur est propre. En effet, fidèle à son mandat de porter le message du salut à tous les peuples, l'Église fait également tous ses efforts pour encourager tout ce qui peut favoriser le perfectionnement et la défense de la dignité de la personne humaine. Aussi est-il consolant de vous avoir entendu dire que les Autorités de votre pays adhèrent pleinement aux principes contenus dans l'Encyclique Redemptor hominis, particulièrement en ce qui a trait au respect de la personne et de ses valeurs fondamentales. Ces valeurs doivent en effet avoir une place dominante notamment pour garantir que le développement matériel et économique des peuples se réalise dans l'objectif du bien intégral de l'homme, c'est-à-dire en tenant compte du destin éternel auquel il est appelé. Pour sa part, le Saint-Siège est vivement intéressé à offrir son propre apport à la promotion et à l'encouragement de tout ce qui peut favoriser le bien commun et la fraternité entre les hommes. De même que dans cette première Encyclique, j'exprime également aujourd'hui des vœux pour que croissent vraiment l'amour social et le respect du droit des autres (Redemptor hominis, n.15), afin que, rejetant la tentation de recourir a la violence, les citoyens trouvent dans les principes de la justice et dans le dialogue les moyens nécessaires pour une co-existence pacifique.

3. Je suis certain que l'Église du Pérou persévérera inlassablement dans sa vocation de servir l'homme citoyen péruvien et fils de Dieu. Les pasteurs, les prêtres et les familles religieuses - fidèles à la mission d'ordre spirituel qui leur a été confiée – feront tous efforts possibles pour mener à bien la tâche d'évangélisation, renforçant en même temps les valeurs humaines et chrétiennes qui constituent une partie essentielle de la noble âme péruvienne.

Comme vous l'avez mis en évidence dans les paroles que vous avez bien voulu m'adresser le peuple péruvien catholique a toujours été très proche de ce Centre de l'Église. Un bon exemple en sont les illustres fils de la nation péruvienne qui se sont distingués de manière héroïque sur le chemin de la sainteté. A cet égard ce sera pour moi une véritable joie de pouvoir béatifier prochainement la vénérable Ana de los Angeles Monteagudo en la terre même où elle a vécu et où elle est morte. Dès ce moment je prie Dieu pour que ma visite au Pérou puisse contribuer au renforcement de la foi et favoriser une majeure justice, paix et fraternité entre tous.

Monsieur l'Ambassadeur: En vous assurant de ma bienveillance dans l'accomplissement de la mission que vous entreprenez aujourd'hui, j'invoque pour Votre Excellence, pour votre famille, pour les Autorités et tous les bien-aimés fils du Pérou d'abondantes grâces divines.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française 1985 n.4 p.9.

 

© Copyright 1984 - Libreria Editrice Vaticana

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana