Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR  - IT ]

Pèlerinage Apostolique en Norvège, Islande, Finlande, Danemark et Suède (1er - 10 juin 1989)

Discours au Président de la République de FINLANDE,
S.E.M. Mauno KOIVISTO*

4 juin 1989

 

Monsieur le Président,

Messieurs les membres du Gouvernement, Mesdames et Messieurs,

1. Alors que j’entame ma visite pastorale en Finlande, je voudrais vous exprimer ma gratitude pour cette rencontre. En vous saluant, Monsieur le Président Koivisto, ainsi que les membres du Gouvernement, je désire saluer tous les habitants de Finlande avec chaleur et affection. J’ai attendu cette visite avec impatience, car je suis vraiment conscient des liens qui existent depuis longtemps entre votre pays et le Saint-Siège. Mon premier souhait pour la Finlande et son peuple s’exprime simplement par les mots du psalmiste:«Advienne la paix dans tes murs, repos en tes palais» (Ps 122/121, 7)

En venant en Finlande, je suis venu rencontrer un peuple bien connu pour son indépendance et son dévouement à la cause de la paix internationale. Votre engagement à la cause de la paix et de l’autodétermination des peuples est fort, car il a été éprouvé longtemps dans le creuset de la souffrance. La lutte pour conserver l’indépendance de la Finlande a laissé ses empreintes non seulement dans les souvenirs d’épreuves endurées jadis pour l’amour de la liberté mais aussi dans la détermination et la ténacité avec lesquelles vous avez édifié une société moderne et prospère au lendemain de la dévastation de la guerre. La force de la Finlande ne vient pas seulement de sa prospérité matérielle mais d’une confiance ferme et constante dans les idéaux qui vous ont inspiré à travers les événements de votre histoire.

C’est cette richesse spirituelle que je voudrais rappeler aujourd’hui. Dans un monde qui aspire à se libérer lui-même du spectre de la guerre et de l’hostilité persistante entre les nations, la Finlande a une expérience à partager: vos luttes pour l’indépendance et l’autodétermination au cours de ce siècle, ont aidé à forger votre caractère en tant que peuple. La fidélité aux idéaux qui ont inspiré ces luttes est la clé non seulement de la croissance permanente de la Finlande comme peuple, mais aussi de ses contributions futures à la communauté des nations.

2. Comme vous le savez, M. le Président, le Saint-Siège fut parmi les premiers au sein de la communauté internationale à reconnaître l’indépendance de la Finlande. Plus tard, au point culminant de la seconde guerre mondiale, le Saint-Siège et la République de Finlande en vinrent à établir des relations diplomatiques officielles. Les années qui suivirent ont consolidé encore davantage nos bonnes relations et notre collaboration effective dans la poursuite d’un ordre international plus solidement fondé sur la justice, la paix et un authentique développement des peuples. Mon espoir le plus profond, M. le Président, est que ces efforts puissent promouvoir le bien de tous les individus, de toutes les nations et de tous les peuples.

La présence du Saint-Siège au sein de la communauté internationale souligne l’importance fondamentale des valeurs spirituelles qui inspirent et soutiennent tous les efforts authentiques pour faire progresser la cause de la paix et du respect de la dignité humaine. Outre ses efforts diplomatiques, la Finlande rend témoignage, de manière notoire, à ces mêmes valeurs par sa contribution au monde des arts et des lettres et au développement des sciences. Cette présence active et remarquable a élargi votre appréciation de l’esprit humain et a donc servi à favoriser une plus grande compréhension entre les peuples. Dans ce contexte, je suis heureux de rappeler les relations étroites qui existent entre l’Institut finlandais de Rome et le Vatican. Je crois qu’une telle collaboration continuera à avoir pour résultat des échanges fructueux et à faire progresser notre connaissance du passé ainsi que notre amour pour les trésors artistiques qu’ont produit les artistes de toutes les générations.

3. Ma visite pastorale est motivée par mon désir, en ma qualité d’Évêque de Rome, de renforcer les liens de communion ecclésiale qui unissent les catholiques finlandais au Siège Apostolique. Mon ministère m’engage à prêcher l’Évangile de Jésus-Christ et à démontrer un intérêt pastoral pour toutes les Églises (cf. 2 Co 11, 28). Mon désir est de servir d’instrument dans l’approfondissement de la foi des catholiques finlandais, afin qu’ils grandissent dans la connaissance et l’espoir auxquels le Christ les a appelés, dans la richesse de son glorieux héritage et la grandeur extraordinaire de sa puissance chez ceux qui croient (cf. Ep 1, 18-19).

Demain, dans la cathédrale de Turku, je participerai à une rencontre œcuménique de prière pour l’unité de tous les chrétiens. Cela est également une partie importante de mon pèlerinage en Finlande. Le mouvement œcuménique, qui essaie de vaincre toutes les divisions entre ceux qui croient dans le Christ, est vraiment un signe de la grâce de Dieu à l’œuvre à notre époque.

Je suis reconnaissant envers mes amis chrétiens, mes frères et mes sœurs dans le Seigneur, pour leur aimable invitation à prier avec eux sur la tombe de saint Henrik. Je voudrais espérer que l’amitié qui s’est développée ici, entre l’Église catholique et les Églises luthérienne et orthodoxe sera renforcée ultérieurement par cette visite pastorale.

Comme ami de la Finlande, je suis venu vers tous ses habitants, vers les croyants comme les non-croyants. Le message que j’apporte, l’Évangile que j’ai été chargé d’annoncer, veut toucher les cœurs de tous les hommes et de toutes les femmes. Il a le pouvoir de réveiller et d’animer tout ce qui est noble dans l’esprit humain et d’indiquer le chemin vers un monde de paix véritable et de progrès authentique. Pendant des siècles, il a façonné la vision et la conscience du peuple finlandais. A notre époque, il peut offrir une orientation sûre à ceux qui cherchent la vérité et aspirent à construire une société caractérisée par la justice, la concorde et la solidarité universelle.

4. Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs: à l’occasion de cette première visite d’un Evêque de Rome en Finlande, je prie pour que les bonnes relations existant entre votre pays et le Saint-Siège continuent à se développer dans les années à venir. Que vos efforts en vue de bâtir une société plus humaine et d’assurer le bien-être à tout votre peuple soient enracinés à jamais dans la morale élevée et les principes sociaux qui font partie du précieux héritage finlandais.

Que Dieu Tout-Puissant, l’auteur de la paix et la source de tout bien, bénisse la Finlande et tous ses habitants de sa paix durable.

Jumala siunatkoon Suomea Jumala siunatkon teitä kaikkia.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.26 p.12.

 

 

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana