Index   Back Top Print

[ ES  - FR ]

Discours à l’Ambassadeur de la République DOMINICAINE,
S.E.M. Tulio Franco Franco*

Vendredi 23 septembre 1966

 

Monsieur l’Ambassadeur,

Les expressions nobles et dévouées par lesquelles vous avez désiré accompagner la présentation des Lettres de Créance qui vous accréditent comme Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Dominicaine près le Saint-Siège, sont le reflet de l’adhésion bien connue de Votre Excellence à la Chaire de Saint Pierre et elles correspondent de façon harmonieuse à l’esprit de votre Nation aimée qui se glorifie d’être la première née du christianisme dans le nouveau monde.

En agréant ces sentiments, Monsieur l’ Ambassadeur, Nous vous adressons la bienvenue la plus cordiale et Nous disons que c’est pour Nous un motif de satisfaction de voir que c’est à votre digne personne — que Nous avons eu le plaisir de connaître il y a des années – qu’a été confiée, pour la troisième fois, la haute charge de représenter son Pays près le Saint-Siège.

L’expérience que Votre Excellence possède de la mission qu’il renouvelle aujourd’hui, sa préparation juridique, son ample vie diplomatique, son catholicisme indéfectible et son amour dans le sens le plus vrai à l’égard de sa Patrie, offrent des garanties de succès dans le déroulement de ses fonctions et contribueront, sans nul doute, à rendre plus étroites les relations qui existent entre le Gouvernement de la République Dominicaine et ce Saint-Siège. Nous formulons à son égard des voeux ardents.

Votre Excellence a voulu faire allusion aux récents événements dont son Pays a été le théâtre et à la constante préoccupation avec laquelle, en ces moments délicats, Nous avons été aux côtés du peuple dominicain, adressant Nos exhortations et élevant Nos prières afin que la concorde règne entre vos concitoyens, concorde fondée sur la justice, sur la vérité et le respect des droits légitimes. Ce faisant, Nous avons répondu à une impulsion de Notre coeur, toujours si près de cette Nation si noble, et à un devoir de Notre ministère de Père et de Pasteur Universel.

A ce sujet vous pouvez être assuré que l’Eglise qui s’est efforcée, à travers les siècles, avec ses enseignements et ses réalisations, d’élever moralement les peuples, ne cesse pas de s’intéresser avec la sollicitude et l’amour d’une mère en vue de contribuer efficacement la saine formation individuelle, familiale et sociale dont dépendent, d’une façon déterminante, la probité des consciences, le progrès authentique et ordonné des institutions, ainsi que le bien-être stable des hommes.

Nous demandons à Dieu que les principes chrétiens, que la glorieuse République Dominicaine a incorporés à son histoire, guident les activités de ceux qui ont la délicate responsabilité et l’espérance fondée de faire une patrie chaque jour plus prospère et plus sûre, dans le secteur du travail, toujours plus sainte dans la vie fraternelle et commune de ses fils. Tels sont Nos désirs et Nous savons qu’ils correspondent à votre sentiment de fidèle catholique et d’illustre citoyen de St Domingue.

En vous confirmant, Monsieur l’Ambassadeur, Notre bienveillance pour l’accomplissement de votre mission, Nous invoquons sur Votre Excellence, sur Son Excellence Monsieur le Président de la République – dont Nous accueillons le salut avec une joie profonde – sur le Gouvernement et le très cher peuple dominicain, des Bénédictions divines choisies et abondantes.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française, n.39 p.1.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana