Index   Back Top Print

[ FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AUX PARTICIPANTS AU VIème CONGRÈS INTERNATIONAL
DE LA «CROISADE DES AVEUGLES»

Mardi 29 août 1967

 

Chers Fils,

C’est pour Nous une grande joie d’accueillir votre 6ème Congrès international. Déjà votre mouvement avait reçu les encouragements et la bénédiction de Notre prédécesseur Jean XXIII, de vénérée mémoire. Et vous voici de nouveau à Rome désireux de rencontrer le Pape, pour recevoir de lui quelques directives pour guider votre recherche sur «L’aveugle en dialogue dans le monde moderne». Nous vous recevons d’autant plus volontiers que tette recherche du dialogue Nous parait très importante pour les chrétiens aujourd’hui, comme Nous l’avons souligné dans Notre première Encyclique, Ecclesiam Suam.

Depuis sa fondation, votre croisade - vous employez justement le mot au sens chrétien de porter sa croix -, votre croisade, disions-Nous, s’est efforcée de témoigner du Christ auprès des aveugles, par l’offrande, unie à celle du Crucifié, de cette croix qu’est votre cécité. En aidant tous vos membres à mieux découvrir leurs possibilités, vous les engagez en même temps a prendre leurs responsabilités d’Eglise, généreusement. Et selon les orientations maîtresses de la Constitution conciliaire Gaudium et Spes, bous vous efforcez de guider vos frères vers leur plein épanouissement humain et chrétien, en sorte que chacun réponde à sa vocation, selon le dessein de Dieu (cf. Populorum Progressio, § 15). Et votre généreux effort vous fait dépasser les frontières, comme Nous le demandions Nous-même dans Notre récente Encyclique sur le développement des peuples, afin d’aider les aveugles des pays en voie de développement à prendre eux aussi en main leur destin pour réaliser en plénitude la croissance à laquelle le Créateur les appelle. En partageant ainsi humblement votre richesse, c’est la joie que vous donnez aux autres, et qui éclaire aussi en même temps votre don généreux.

Chrétiens, vous témoignez ainsi au milieu de vos frères de la foi qui vous anime et qui inspire votre charité agissante. Semeurs d’espérance, vous contribuez à l’édification du corps du Christ qui, à travers les joies et les épreuves de ce monde, chemine vers la Lumière éternelle. Car n’est-ce pas le propre dé toute vie humaine l’être à la recherche de la Vérité et de l’Amour, comme le rappelait le grand apôtre Paul aux Athéniens: tous «cherchent Dieu, dans l’espoir de Le découvrir à tâtons. Et certes il n’est pas loin de chacun de nous; car c’est en Lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être» (Act. 17, 27-28). Cette «vraie Lumière qui éclaire tout homme» (Io. 1, 9) n’est point visible aux yeux du corps, c’est un regard de foi qui permet seul de la découvrir, et, du coup, toute la vie en est transfigurée, encore que cette vision demeure obscure tout au long de notre cheminement terrestre, comme saint Paul encore nous en avertit: «Aujourd’hui certes nous voyons dans un miroir, en énigme; mais alors ce sera face à face. Aujourd’hui, je connais d’une manière partielle; mais alors je connaîtrai comme je suis connu» (1 Cor. 13, 12).

Oui, nous aspirons tous à cette vision que Pierre nous promet au terme de cette vie terrestre: «Vous en tressaillez de joie, dit-il à ses chrétiens, même s’il vous faut quelque temps encore être affligés par diverses épreuves; ainsi seulement bien éprouvée, votre foi - plus précieuse que l’or, qui, tout périssable qu’il est, doit subir l’épreuve du feu - vous assurera louange, gloire et honneur lors de la révélation de Jésus-Christ. Vous l’aimez sans l’avoir vu; vous croyez en lui sans le voir encore, et vous en tressaillez d’une joie ineffable et toute céleste, sûrs de remporter la fin de votre foi, le salut de vos âmes» (1 Petr. 1, 6-9).

Chers fils, que le Seigneur vous aide à vivre selon le don que vous avez reçu, comme le levain dans la pâte, qui ne doit pas perdre sa qualité de ferment, mais la faire fructifier pour que ce qui l’entoure soit transformé. Il vous faut pour cela être humblement à l’écoute de la Parole de Dieu, vivre dans son intimité, approfondir votre foi, la nourrir des sacrements de la foi. Qu’en cette année de la foi, votre prière se fasse plus instante, pour que ce grain de sénevé croisse chaque jour dans vos âmes et qu’il soit donné en partage à tous ceux qui vous entourent. Vous répondrez ainsi à votre vocation, vous porterez témoignage, vous serez apôtres, et votre présence sera bienfaisante dans le monde. Le Seigneur, Nous en sommes sûr, bénira votre effort et lui fera porter de nombreux fruits dans l’Eglise. De tout cœur Nous le Lui demandons en vous dormant Notre paternelle et affectueuse Bénédiction Apostolique.

                                            



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana