Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR ]

Discours aux professeurs et aux élèves du
« Collège de Défense de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord »*

 Samedi 6 mai 1967

 

C’est une tradition de votre collège, Messieurs, de Nous faire une visite durant vos sessions de travail. Aujourd’hui Nous sommes heureux de recevoir les auditeurs et les membres de la trentième session de la Faculté avec leurs familles. Nous vous souhaitons cordialement à tous la bienvenue.

Le siège de votre Collège a été désormais fixé à Rome. Aussi avez-vous eu déjà l’occasion, dans les moments que vos études laissent libres, de connaître et d’apprécier cette ville incomparable et d’assimiler dans une certaine mesure son vaste patrimoine d’histoire et de culture. Vous avez lu sur ses pierres les inscriptions qui attestent ce que l’on a appelé « la grandeur et la décadence des Romains ». Mais, à côté des hommes et des institutions de l’ancienne Rome qui ne sont plus maintenant qu’un souvenir, vous avez certainement découvert, à travers les catacombes, les tombes des martyrs, les basiliques et dans les cérémonies religieuses et les pèlerinages sans fin, le courant vivant du Christianisme qui a laissé sa marque indélébile sur cette ville. Votre présence ici, en ce jour, est pour Nous la preuve que vous avez conscience des valeurs spirituelles qui forment la base de la vraie civilisation. Nous avons confiance que vous trouverez, dans votre contact avec les trésors religieux de la Rome chrétienne, de quoi élever et enrichir vos âmes.

Les conférences et les études auxquelles vous prenez part sont, il est vrai, dédiées à des matières d’un autre ordre. Néanmoins, il n’y a pas de secteur de l’activité humaine qui puisse demeurer privée de ce qui est la mesure fondamentale de l’homme, de ses dimensions morales et spirituelles.

²Nous avons remarqué, par exemple, que sont inclus parmi les problèmes que vous examinez ceux qui traitent des organisations internationales de coopération et d’assistance aux pays en voie de développement. Dans une question de ce genre, une institution spirituelle comme l’EgliSe a quelque chose à dire; et de tait elle a parlé récemment dans un solennel document dont vous avez sans doute entendu parler, l’encyclique Populorum Progressio. Cette Lettre parle du bonheur des hommes, de la justice entre les nations et de la paix dans le monde. On ne peut jamais caresser l’espoir de réaliser ces objectifs d’une manière durable, si l’on néglige les grands principes de l’ordre moral qui doivent inspirer l’activité de l’homme sur terre.

C’est notre espoir, Messieurs, que vous pourrez continuer heureusement votre séjour à Rome et le conclure avec agrément par votre voyage d’étude à travers l’Europe. Nous vous remercions de votre bonne visite et Nous invoquons volontiers sur vous et sur vos familles une abondance de bénédictions divines.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française, n.20 p.2.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana