Index   Back Top Print

[ FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AUX REPRÉSENTANTS QUALIFIÉS DE LA MUNICIPALITÉ
DE LA CAPITALE FRANÇAISE

Samedi 30 novembre 1968

 

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,

En recevant ce matin les représentants qualifiés de la Municipalité de la capitale française, Nous Nous rappelons avec joie ce jumelage entre Paris et Rome, dont vous avez célébré l’an dernier le dixième anniversaire et qui devient chaque année l’occasion de si agréables échanges. Pour Notre part, Nous sommes heureux de rencontrer votre Délégation et d’adresser à chacun d’entre vous Notre respectueuse salutation et Nos vœux les plus cordiaux.

Nous mesurons les importantes responsabilités qui sont les vôtres, au service d’une cité toujours plus dense. Et par-delà vos personnes, Nous pensons à tous vos collaborateurs, ainsi qu’au peuple de Paris. Parler de Paris, n’est-ce pas évoquer les trésors inestimables d’un riche passé, que le christianisme a marqué, pour une large part, de son empreinte artistique et morale, mais encore suggérer une capacité de renouvellement et une source toujours jaillissante de nouvelles initiatives, dont le retentissement s’étend très vite et très loin? Nous souhaitons que cette évolution nécessaire, à laquelle vous participez au premier rang, permette à votre cité de témoigner toujours du meilleur de son âme, et de briller aux yeux du monde de toutes ses valeurs culturelles et spirituelles. Nous ne cessons, de Notre côté, de regarder avec confiance vers Nos Fils de France, dont Nous savons bien l’attachement et le dévouement à l’Eglise universelle.

C’est avec satisfaction aussi que Nous voyons se développer ces rapports amicaux entre Paris et Rome. Tant de découvertes mutuelles, tant de recherches communes, peuvent être réalisées par ces deux villes-sœurs! Et au delà de cette collaboration harmonieuse et fructueuse, facilitée par une civilisation puisée aux mêmes sources, Nous voulons y discerner le symbole et le présage de tout un réseau de liens entre les cités et les peuples de la terre. Cette fraternité, où chacun apprécie les richesses de l’autre et en bénéficie, dans une volonté de paix, n’est-ce point le vieux rêve de notre humanité, malheureusement souvent démenti par les barrières que le mépris ou la haine élèvent ici ou là? C’est en tous cas le vœu de l’Eglise, qui y travaille de toutes ses forces, dans le sillage du Prince de la Paix et sous la motion de l’Esprit d’Amour.

Tels sont les sentiments que Nous inspire votre courtoise visite. Nous demandons au Seigneur de vous assister dans votre tâche, à la tête ou au sein du Conseil municipal de Paris. Nous lui recommandons les intentions que vous portez et Nous invoquons de grand cœur, sur vos personnes, vos familles et vos collègues, les Bénédictions abondantes du Dieu Tout-Puissant.

Nous Nous réjouissons de vous accueillir ici, Officiers et Marins de la Flotte Atlantique de la Marine Militaire Française, et Nous vous remercions d’avoir saisi. l’occasion de votre escale à Naples et de votre brève visite à Rome pour Nous saluer. Nous reconnaissons là le traditionnel attachement de la France et de ses enfants au Pontife romain.

En effet, chers Fils, l’histoire nous enseigne que les liens qui unissent votre Patrie et le Saint-Siège sont anciens et solides. Il manifestent un souci, qui a animé, de façon à peu près constante, les dirigeants de votre Pays: le souci d’entretenir - ou de renouer, quand elles avaient été rompues par les vicissitudes de la politique - les meilleures relations possibles entre Rome et la France.

Et Nous ne pensons pas être infidèle à la vérité en disant que cette préoccupation d’une cordiale entente avec le Saint-Siège, si elle est commune à beaucoup de vos compatriotes, constitue comme une tradition de famille dans la Marine Française. Permettez-Nous de vous en féliciter, et de profiter de l’occasion qui Nous est donnée pour vous inviter à être fiers de cette tradition de famille, et à y être fidèles, surtout dans le moment actuel, où se dessinent, dans votre pays comme dans d’autres, des courants de pensée inspirés d’un tout autre esprit.

La fidélité à l’Eglise, l’adhésion joyeuse aux enseignements du Pape, sont dans la logique de la foi au Christ. Non seulement l’union de cœur et de pensée avec le chef visible de l’Eglise n’a jamais été pour personne un obstacle à l’essor intellectuel ou un frein à l’élan vers le progrès dans tous les domaines mais elle a été, au contraire, en France comme partout ailleurs, une source d’enrichissement spirituel et de vigueur morale, poussée parfois jusqu’au plus sublime héroïsme. Que de saints la France n’a-t-elle pas donnés à l’Eglise! Ou plutôt: que de saints la fidélité à l’Eglise n’a-t-elle pas suscités sur le sol de la France! Et elle en suscitera bien d’autres encore, Nous n’en doutons pas, pour la joie et l’édification de tous ceux qui aiment votre patrie.

Nous souhaitons, chers Fils de la Marine Militaire Française, que vous emportiez de cette visite au Vatican un renouvellement de votre foi, une conscience plus vive et plus joyeuse de votre appartenance à l’Eglise et un attachement toujours plus fidèle à celui qui, malgré son indignité, est le Pasteur suprême de la grande famille catholique et qui, vous remerciant de votre visite, vous accorde à tous, ainsi qu’à vos familles et à vos chefs, une affectueuse Bénédiction Apostolique.

                                         



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana