Index   Back Top Print

[ FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AUX REPRÉSENTANTS DE LA FÉDÉRATION INTERNATIONALE
DES UNIVERSITÉS CATHOLIQUES

Lundi 27 novembre 1972

 

Monsieur le Cardinal,
Vénérables Frères et chers Fils,

Nous avions la joie d’accueillir, il y a trois ans déjà, les représentants de la Fédération internationale des Universités Catholiques, réunis pour élaborer, à l’invitation de la Congrégation pour l’éducation catholique, un document de travail susceptible d’assurer une plus parfaite collaboration avec elle et de promouvoir une meilleure adaptation aux exigences de notre époque, selon les voies conciliaires. Nous voici de nouveau en présence de votre délégation hautement qualifiée, au moment où elle poursuit et achève cette mise au point, avec le concours de nos Frères dans l’épiscopat. Nous sommes particulièrement heureux de vous redire combien Nous apprécions l’existence de cette Fédération, ses activités au service du monde universitaire, ainsi que le fructueux dialogue qu’elle entretient avec la Congrégation chargée de veiller à la solution de tels problèmes. A tous, Nous adressons un salut chaleureux.

Votre Congrès s’est fixé principalement un double but: approfondir les rapports qui doivent exister, dans une Université catholique, entre le Magistère ecclésiastique et l’enseignement universitaire, étudier les diverses possibilités de collaboration scientifique entre Universités. Nous ne voulons pas consacrer cet entretien à l’examen de ces deux thèmes. Nous vous laissons le soin d’exprimer ce que votre expérience et votre sens de l’Eglise vous amèneront à préciser, dans le ferme espoir que vos travaux contribueront à clarifier ces problèmes, et à donner une impulsion nouvelle et féconde à votre travail, dans un climat de confiance réciproque.

Pour notre part, Nous relevons avec intérêt la manière dont vous décrivez, dans l’étude préparatoire, les notes essentielles qui définissent la véritable Université catholique. La fidélité au message du Christ, tel qu’il est transmis par l’Eglise, constitue la raison d’être de son effort continu de réflexion et de son engagement institutionnel; au service du Peuple de Dieu, elle est ainsi en mesure d’aborder les conquêtes incessantes du savoir humain à la lumière de la foi et de manifester la fin transcendante qui, seule, donne à la vie son sens plénier. Nous prenons note également de l’analyse pénétrante que vous avez préparée sur les relations des Universités avec la Hiérarchie de l’Eglise, comme des observations suggérées par la Congrégation pour en perfectionner les termes. Ces formules, minutieusement élaborées, riches d’expérience et de doctrine, manifestent heureusement une grande sensibilité aux besoins majeurs de notre époque.

Nous voudrions seulement, ce matin, répondre à un appel que Nous avons relevé dans votre document préparatoire. Les Universités Catholiques attendent de la Hiérarchie de l’Eglise, disiez-vous, «une inspiration, une impulsion et un encouragement». Cette aide, Nous désirons de grand cœur vous la prodiguer. Nous sommes bien conscient en effet de vos soucis, Nous apprécions votre courage face aux difficultés de l’heure et Nous nous réjouissons de vous voir associés avec nous dans cette pastorale de la pensée, si urgente et si indispensable aujourd’hui.

Et tout d’abord, demeurez bien convaincus de la vocation singulière des Universités catholiques dans la société moderne. Au moment où le monde universitaire dans son ensemble s’efforce de s’insérer davantage dans la cité, à la fois pour permettre largement l’accès d’un plus grand nombre à la culture et pour préparer la jeunesse à ses tâches futures, économiques ou techniques, la signification propre de vos établissements n’en apparaît que plus claire. Il appartient à l’Université catholique, déjà engagée avec raison dans ce mouvement, de prendre en outre, dans les divers secteurs de la recherche et de l’enseignement, le recul qui permet de situer le savoir et l’effort intellectuel dans leur pleine lumière. Montrer dans les faits que l’intelligence n’est jamais amoindrie, mais est au contraire stimulée et fortifiée par cette source interne de compréhension profonde qu’est la Parole de Dieu, par la hiérarchie des valeurs qui en découle, par la cohérence, en définitive, de la pensée et de l’action qui en est le fruit: voilà, Nous semble-t-il, le témoignage spécifique attendu d’une Université catholique. A sa manière originale, elle contribue à manifester la supériorité de l’esprit, qui ne peut jamais, sous peine de se perdre lui-même, accepter de se mettre entièrement au service d’autre chose que la recherche de la vérité.

Certes, on assiste aujourd’hui à un foisonnement du savoir, à l’intérieur des cercles spécialisés du monde universitaire, où la culture est comme institutionnalisée, mais aussi en dehors de l’Ecole, où les grands courants de pensée imprègnent l’opinion publique plus ou moins profondément, grâce à la puissance des moyens de communication sociale, et suscitent des questions ou des prises de position sur les problèmes fondamentaux de l’existence. Beaucoup d’hommes sont ainsi confrontés à la recherche laborieuse de la vérité sur eux-mêmes, sur leur histoire, sur les raisons de vivre, sur l’éthique capable de guider sûrement leur vie.

Dans cette conjoncture, vous êtes embarqués avec eux dans cette poursuite passionnante, dont la foi ne saurait vous dispenser. Mais la Lumière qui est venue dans le monde (Cfr. Io. 1, 9) doit soutenir votre recherche, inspirer votre enseignement, orienter votre engagement. Ne mettez pas, ne tolérez pas qu’on mette cette lumière sous le boisseau. Le monde a besoin d’expérimenter près de vous la véritable liberté de l’esprit. Le Peuple de Dieu a besoin de trouver en vous des témoins de la foi qu’il professe et des guides avisés sur les chemins de la vie. Les Pasteurs attendent votre concours pour remplir pleinement leur charge, comme il leur revient de garantir l’authenticité du Message révélé. Est-il nécessaire de souligner ici que les uns et les autres sont au service de la même cause, dans la même soumission au Christ et à son Eglise? Puissent les Universités catholiques se présenter à nos contemporains comme cette lampe dont parle l’Apôtre Pierre, qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour commence à poindre et que l’astre du matin se lève dans les cœurs! (Cfr. 2 Petr. 1, 19)

Dans le renouveau du monde que tous espèrent, l’éternelle jeunesse de l’Eglise, pour une grand part, vous est confiée. Il vous appartient particulièrement d’initier ceux qui seront appelés demain à d’importantes responsabilités aux rigoureuses exigences de la pensée; de manifester en profondeur l’harmonie entre l’étude des diverses sciences, l’activité professionnelle et la conquête des valeurs spirituelles. Une telle pédagogie devrait permettre la reconnaissance de Dieu, l’accueil de la foi, le désir de la grâce qui est répandue dans nos cœurs. Nous vous invitons donc à mettre toutes vos forces au service de ce qui apparaît de plus en plus comme une tâche urgente de la pensée: montrer comment l’«homme intérieur», tendu tout entier vers la rencontre transcendante de son Seigneur et vers l’accomplissement eschatologique du Royaume, est voué aussi, sans contradiction, au bien de ses frères et au progrès de la société, et qu’il trouve sa plus haute réalisation dans ce service. Bref, l’université catholique apparaît dès lors, non seulement comme un creuset de la pensée, mais comme une école de la vie.

Que ces paroles apportent à chacun de vous le témoignage de notre estime et de la confiance que l’Eglise met en vous! Que l’Esprit de Dieu vous fortifie dans l’accomplissement de ce dessein! Nous vous donnons de grand cœur, à vous-mêmes et à ceux que vous représentez ici, notre Bénédiction Apostolique.

* * *

We wish to express our warm greetings to the English-speaking representatives of the Federation of Catholic Universities. We deeply appreciate your concern for the work of Catholic universities in the Church and in the world of today. Certainly this concern has motivated, your deliberations, but we know that an even more profound motive has been the living faith of the Church itself. You seek that all human knowledge be illumined and integrated through this faith. We pray that the learning which is imparted and received in Catholic universities will always be enriched by the contemplation of the Gospel; for the Gospel is at the root of all authentic wisdom and service.

                                  



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana