Index   Back Top Print

[ FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
À L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'UNION INTERNATIONALE
DES SUPÉRIEURES GÉNÉRALES

Lundi 19 novembre 1973

 

Chères Filles,

Cette rencontre avec les Supérieures Générales des religieuses Nous procure une grande joie. Au-delà de vos personnes, Nous entrevoyons cette immense foule de vos Sœurs, qui vivent humblement, au jour le jour, leur vie consacrée dont elles ont fait l’offrande bu Seigneur. Nous saluons les Instituts anciens, et aussi ceux qui ont surgi récemment dans les nouvelles chrétientés et qui constituent déjà un signe de leur maturité. C’est pour Nous, pour l’Eglise, une profonde source d’espérance.

Nous nous réjouissons de cet échange qui a pu s’instaurer au cours des travaux qui vient de tenir l’Assemblée générale de votre Union internationale: échange entre vous, et avec notre Dicastère pour les Religieux. Quelle change de pouvoir ainsi s’entraider, en esprit catholique, d’un pôle à l’autre du monde, et de sentir devant la richesse de vous diverses expériences, ou même devant vos difficultés, ce même élan vers le Christ, ce même amour de l’Eglise, ce même souci de participer à l’évangélisation. Nous souhaitons également que la présente session entre les Supérieures générales résidant à Rome contribue à éclairer votre chemin et à raffermir votre dynamisme.

Pour nous, qui aimerions plutôt dialoguer avec chacune d’entre vous, Nous ne pouvons ce matin développer toutes les exigences du renouveau auquel vos Instituts sont appelés, selon les lignes tracées par les documents du Concile ou du Saint-Siège, et les orientations de notre Dicastère. Ce renouveau prend une tonalité particulière au seuil de l’Année Sainte. Car, évidemment, cette Année Sainte vous concerne au premier chef. Il ne s’agit plus ici de l’«aggiornamento» de vos structures, mais du profond renouveau intérieur, que est déjà amorcé et qu’il faut intensifier afin qu’il atteigne vraiment chacune de vos personnes et chacune de vos communautés. C’est cet esprit que Nous soulignons ce matin.

Vos communautés connaissent aujourd’hui de merveilleux renouveaux, et parfois aussi de sombres difficultés. Parmi celles-ci, qu’il suffise d’évoquer le manque de vocations en certains pays, la charge très lourde d’œuvres que vous n’arrivez plus à assurer, la tension entre générations ou entre tempéraments devant les réformes en cours, le départ affligeant d’un certain nombre de Sœurs. Devant ces problèmes, il en est qui mettent en cause la «forme de vie religieuse», le style que celle-ci a revêtu dans l’Eglise. Nul doute que bien des formules sont possibles, selon le charisme des fondateurs, les tempéraments des peuples, les besoins des Eglises. Mais il y a dans la vie religieuse, vous le savez, des éléments essentiels qui correspondent à des traits évangéliques, et permettent au cœur de l’Eglise un témoignage irremplaçable: la chasteté, l’obéissance, la pauvreté, la vie fraternelle dans une communauté, avec ce qu’entraînent nécessairement ces exigences dans la forme concrète de la vie. Ne craignons pas d’y maintenir un style religieux authentique: c’est à ce prix que la vie religieuse trouvera son dynamisme et sa force.

Il existe notamment un aspect austère, disons même un aspect ascétique, dont la vie religieuse, pas plus aujourd’hui qu’hier, ne saurait faire l’économie. Ouvrez l’Evangile; vous devez pouvoir dire avec saint Pierre: «Voici que nous avons tout quitté pour te suivre» (Matth. 19, 27). Consultez saint Paul: «Ne vous modelez pas sur le monde présent» (Rom. 12, 2). Regardez ces fondateurs qui ont apporté un sang neuf à l’Eglise: ils l’ont fait dans la vigueur, dans la rigueur. Une contrainte librement consentie, désirée même, a permis à leur amour de jaillir très haut, à leur apostolat d’embrasser très large. Oui, il ne faut pas craindre de le dire, la vie religieuse est difficile. En elle se révèle plus explicitement le combat que saint Paul assigne à tout chrétien (Cfr. 1 Cor. 9, 24-27). En ce sens, c’est une erreur de vouloir laïciser la vie religieuse elle-même: non pas de rendre les religieuses plus proches des personnes ou des problèmes humains - ce qui est évidemment souhaitable -, mais de laisser s’introduire dans leur propre vie les facilités de ce monde.

Bien sûr, une telle ascèse n’est concevable, n’est viable qu’en fonction de la richesse intérieure qui demeure le but. Voilà ce qu’il faut également conserver et faire croître. Et quel est le secret de cette richesse, de cet élan, de cette patience à toute épreuve? Vous le savez, c’est le lien qui vous unit au Christ. Il s’appuie sur votre disponibilité totale: «Nous t’avons suivi». Il se nourrit de l’amour fidèle: «Toi qui sais tout, tu sais bien que je t’aime» (Io. 21, 17). Il s’exprime dans une recherche d’imitation parfaite, selon le chemin qu’Il a tracé aux disciples. Bien plus, il permet de dire en toute vérité, avec saint Paul: «Pour moi, la vie c’est le Christ» (Phil. 1, 21). De même qu’on spécifie le mariage, non pas la profession du mari ou de la femme, mais par l’amour exclusif, fidèle, procréateur de l’époux et de l’épouse, de même le critère et la force de la vie religieuse ne résident pas dans l’activité sociale ou apostolique, si bénéfique soit-elle, mais dans la consécration totale au Seigneur. Certaines faiblesses dans vos communautés ne viendraient-elles pas, foncièrement, du relâchement de cet amour et de la vie intérieure qu’il comporte?

Enfin, votre place privilégié dans l’Eglise requiert un rapport confiant avec la Hiérarchie: celle-ci demeure juge de l’authenticité de votre vie religieuse, et propose à votre générosité les services que réclame aujourd’hui le bien des âmes, en respectant la vocation propre de chaque Institut et en vous aidant à la vivre. Notre Congrégation pour les Religieux n’a pas d’autre but: vous aider à épanouir cette vocation. Nous-mêmes, dans l’objectif que Nous proposons à tous les fidèles pour l’Année Sainte, Nous comptons avec la plus ferme espérance sur votre fidélité, sur votre sens de l’Eglise, sur votre générosité.

Ayez confiance, chères Filles. Le Christ qui vous a appelées ne manquera pas de vous soutenir. A quelques jours de la fête de la Présentation de Marie au Temple, Nous vous invitons, Nous invitons toutes vos Sœurs, à renouveler au Seigneur, avec la Vierge, la joyeuse offrande de votre vie. Avec notre affectueuse Bénédiction Apostolique.

E ora, la nostra parola di incoraggiamento e di benedizione alle Superiore Maggiori di lingua italiana, e a tutte le Famiglie Religiose ch'esse rappresentano: siate, nel cuore della Chiesa, la forza generosa che imita il Cristo, ne riproduce la vita e gli esempi (Lumen Gentium, 46), ringiovanisce le forze della carità e dell’apostolato, sostiene e guida i fratelli e ne addolcisce le pene. Proseguite con fedeltà assoluta al vostro ideale di perfezione, pur nella rinnovata esigenza di adeguamento alle accresciute necessità delle anime: il Papa è con voi, e vi segue con l’affetto e con la preghiera.

Y a vosotras, Religiosas de lengua española y portuguesa, queremos expresar nuestra benevolencia y os pedimos hacer partícipes de nuestro paterno saludo a vuestras Hermanas de Congregación.

Seguimos con particular afecto vuestra labor, porque sabemos que en vuestro corazón de hijas de la Iglesia late fuerte el deseo de servir, con total entrega, a Cristo.

Que vuestros ideales, corroborados por una vida de oración y por un testimonio de solidaridad con los postulados del evangelio, contribuyan a alimentar esa atmósfera espiritual, donde se respiran los sentimientos de paz, de esperanza y de fraternddad cristianas.

Con nuestra Bendición Apostolica.

We wish likewise to express a word of greeting in English: a greeting of grace and peace in Jesus Christ to all of you here present and to all whom you represent. As a Father we assure you of our concern and of our love and affection in the Lord whom we serve together. We ask you to communicate to all the Sisters this expression of our solicitude in faith and charity and of our deep interest in your persons, your daily tasks and the outcome of your exalted mission of service to Christ, his Church and to the world. And may our blessing help to sustain you in confidence and joy, in prayer, hope and perseverance until the Lord comes.

                                   



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana