Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR ]

Discours au premier Ambassadeur de NOUVELLE-ZÉLANDE,
S.E.M. Owson Paul Gabites

 29 novembre 1973

 

Monsieur l'Ambassadeur,

Nous vous remercions vivement pour les aimables paroles que vous avez prononcées et pour les judicieuses réflexions et considérations dont vous avez accompagné la remise des Lettres qui vous accréditent comme premier Ambassadeur de Nouvelle-Zélande près le Saint-Siège. Nous partageons entièrement la satisfaction que vous avez exprimée à propos de l'inauguration des relations diplomatiques et, comme vous, nous pensons qu'elles sont le témoignage d'un grand respect mutuel et d'une profonde estime réciproque. C'est avec plaisir que nous vous avons entendu rappeler le voyage de paix que nous avons fait en 1970 dans des territoires aussi lointains que ceux du Sud-Pacifique. En accomplissant ce voyage, nous avons voulu manifester, entre autres choses, la très grande importance que nous attachons à toute cette région dans le contexte d'une interdépendance toujours plus étroite de toute la communauté mondiale. Nous regrettons que notre itinéraire ne nous ait pas permis de visiter votre pays, son peuple dynamique et jeune et sa vigoureuse population catholique. Et nous rappelant aussi une éminente figure de l'Eglise et un dévoué citoyen de Nouvelle-Zélande, nous évoquons avec respect la mémoire du regretté Cardinal McKeefry, que nous aimions autant que l'aimaient tous ceux qu'il servait.

Nous apprécions ce que vous avez dit à propos de la participation active du Saint-Siège à la promotion du développement et de la paix parmi les peuples. Votre Excellence a parlé également des objectifs qui unissent votre Gouvernement et le Saint-Siège dans une recherche commune de la paix dans le développement des conditions économiques et sociales, dans le désarmement et dans la défense de l'environnement. A cet égard nous avons grande estime pour l'idéal qui inspire la Nouvelle-Zélande et pour les efforts qu'elle continue à fournir. Pour sa part, le Saint-Siège cherche, dans toute la mesure que lui permet sa nature et sa mission, à contribuer efficacement à la solution des graves problèmes qui s'attachent au bien- être et la sécurité de l'humanité.

Enfin, Monsieur l'Ambassadeur, nous exprimons l'espoir que votre tâche de Représentant de Nouvelle- Zélande près le Saint-Siège sera féconde pour vous-même et profitable pour tous. Nous vous prions de bien vouloir transmettre nos chaleureux compliments et nos respectueux souhaits aux autorités civiles et à toute la population de Nouvelle-Zélande, sur lesquelles nous invoquons d'abondantes bénédictions et faveurs divines.


*ORf n.49 p.11.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana