Index   Back Top Print

[ FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AUX EVÊQUES DE BELGIQUE
EN VISITE «AD LIMINA APOSTOLORUM»

Samedi 12 mars 1977

 

Frères très chers,

Votre démarche Nous apporte une Vive satisfaction et les paroles que Monsieur le Cardinal Suenens vient de Nous adresser en votre nom Nous touchent profondément. Merci de cette communion de cœur et d’esprit que vous tenez à maintenir et à professer à notre endroit, eu égard au rôle que le Seigneur Nous a confié.

Ne craignez point d’aggraver nos soucis de Pasteur universel en abordant avec Nous ou dans votre rapport les aspects importants de votre ministère, qu’il s’agisse de faits positifs ou de sérieuses préoccupations, de vos efforts ou de vos espoirs.

Comme vous l’avez souligné, Monsieur le Cardinal, il faut à la fois regarder les choses avec réalisme, les exposer avec loyauté, y faire face avec espérance. Ne sommes-Nous pas là, en accueillant le témoignage des Eglises locales, pour aider nos Frères à discerner le chemin à suivre à la lumière de l’Evangile? Et aussi, grâce à une expérience qui fait corps avec la tradition vivante de l’Eglise et en raison de notre responsabilité universelle, pour affermir nos Frères dans la foi et la vigueur apostolique?

Vous voulez apporter votre part, comme c’est normal, à la solution positive des graves problèmes humains, sociaux, politiques et économiques que rencontrent aujourd’hui vos compatriotes. Vous voulez surtout apporter à leur fidélité et à leur engagement chrétiens le soutien et l’élan dont ils ont besoin. Nous savons les difficultés que vous rencontrez; plus encore, Nous pensons aux ressources dont vous disposez.

Comment oublier, en effet, que l’Eglise, en Belgique, s’est située jadis à l’avant-garde en bien des domaines? Nous pensons à ces multiples organisations sociales florissantes, qui ne se contentaient pas de porter le nom de catholiques, mais qui formaient leurs membres dans un esprit chrétien solide et ouvert, et qui portaient un témoignage efficace et respectueux devant ceux qui ne partageaient par leurs convictions. Les formes d’engagement, aujourd’hui comme auparavant, peuvent être diverses, selon l’esprit de la constitution «Gaudium et Spes» et du décret «Apostolicam Actuositatem» - encore qu’il serait ingénu de nier l’importance d’institutions spécifiquement chrétiennes - mais n’oublions jamais que le levain évangélique doit rester levain, reconnaissable comme tel et efficace, mêlé à la pâte, certes, mais sans y perdre sa spécificité et sa vigueur. Nous pensons encore à cette générosité chrétienne ancrée dans les âmes, qui suscitait tant d’élan apostolique dans les divers milieux et bien au-delà de vos frontières: le centre théologique de Louvain, les équipes de la JOC autour de l’abbé Cardjin, les missionnaires belges répandus aux quatre coins du monde .

Il faut bien reconnaître que la situation, en Belgique comme en d’autres pays d’Europe, présente maintenant un autre aspect. D’où cela vient-il? On met en cause de multiples facteurs, de l’évolution des conditions de vie à la mutation culturelle. Cependant, le chrétien ne se résoudra jamais à ce que ses conditions extérieures entraînent un affadissement de la foi et de la vigueur évangélique. Il cherche plutôt à renouveler celles-ci, avec le secours de l’Esprit-Saint, pour faire face aux nouvelles questions et aux nouvelles situations d’une manière originale, qui traduise pleinement les exigences chrétiennes. Nous n’avons pas à suivre et à subir, mais nous devons manifester le dynamisme de l’Evangile.

Voilà le chemin sur lequel Nous vous exhortons à marcher, sachant déjà les efforts méritoires qui sont les vôtres, et les signes positifs qui se manifestent çà et là. Que Dieu vous donne, à vous Pasteurs, de poursuivre ces efforts avec courage, solidaires les uns des autres, et dans l’espérance! Vous avez récemment parlé en faveur de l’Europe, afin de l’aider à trouver le souffle spirituel nouveau dont elle a besoin. Il en est de même pour l’Eglise qui vous est confiée. Cette œuvre est avant tout spirituelle. Elle s’appuie sur la méditation de la Parole de Dieu, sur la prière, sur la liturgie dignement célébrée - et Nous nous souvenons du merveilleux effort liturgique dont la Belgique a donné maints exemples dès avant le Concile, dans le sens de la réforme que Nous avons instituée -. Mais cette œuvre touche aussi de multiples domaines concrets où votre témoignage est sollicité avec clarté, à cause des graves orientations éthiques qui sont en jeu, au niveau médical, familial, social. Il y va de l’honneur et du bien de votre pays. Il y va aussi de l’authenticité de l’Eglise. Il y va du salut des âmes.

Si votre rôle de guides spirituels est capital, il ne peut atteindre son but qu’avec la collaboration confiante de toutes les forces vives de l’Eglise: prêtres, religieux et religieuses, laïcs. Nous faisons une place de choix aux théologiens, professeurs et chercheurs de l’Enseignement catholique. Puissent-ils, les uns et les autres, être fidèles à l’Eglise, agir d’une manière cohérente avec leur foi, en communion loyale avec leurs Pasteurs et avec tous ceux qui, au Saint-Siège, portent au plus haut point le souci de l’Eglise! Sans cela, les efforts les plus généreux seraient voués à la stérilité et à la dispersion.

C’est dans ces sentiments que Nous vous prions de redire notre confiance aux chrétiens de Belgique, comme Nous vous redisons à vous-mêmes nos encouragements. Que la lumière et la force de l’Esprit-Saint vous animent tous! Priez aussi pour Nous. Nous vous donnons notre affectueuse Bénédiction Apostolique.

                         



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana