Index   Back Top Print


LETTRE DU PAPE PIE XII
AU GÉNÉRAL DE GAULLE*

15 juin 1944

C’est avec grand plaisir que Nous avons pris connaissance, cher fils, du message personnel que vous Nous avez adressé d’Alger en date du 29 mai et que le Commandant Panafieu Nous a remis ces jours-ci de votre part.

Il Nous a été agréable de voir en quels termes filialement reconnaissants vous rendiez hommage à l’œuvre de charité que Nous avons accomplie, avec l’aide de Dieu, en faveur de tous Nos fils éprouvés par la guerre, au nombre desquels vous placez à bon droit ceux de France, qui Nous sont particulièrement chers, soumis – comme ils l’ont été depuis plus longtemps que d’autres – à des privations et à des souffrances de toutes sortes.

D’autre part, Notre cœur paternel, attristé par la récente destruction – occasionnée par la guerre – d’insignes et séculaires monuments d’une haute valeur religieuse, artistique et historique, ne pouvait manquer d’être sensible au louable dessein que vous Nous manifestez d’éviter, pendant les opérations militaires en cours, de porter atteinte à ces précieux souvenirs de la civilisation chrétienne, semés comme des phares lumineux de foi, de culture et de vrai progrès le long des chemins que parcourent les armées.

Nous implorons chaque jour la Divine Miséricorde pour que la terrible tragédie, qui a fait déjà tant de victimes, arrive bientôt à sa fin et formons des vœux particulièrement affectueux pour que la France, qui Nous est si chère, sorte de la douloureuse épreuve spirituellement renouvelée et continue sa marche à travers l’histoire sur la trace glorieuse des traditions chrétiennes qui la rendirent jadis forte, grande et respectée parmi les nations.

Comme vous l’observez justement, la fin des combats ne suffirait pas à redonner à la France l’ordre et la tranquillité de la paix, qu’elle désire si vivement, si elle conservait dans son sein des germes funestes de discordes civiles et de conflits sociaux qui pourraient lui faire perdre tout le fruit des sacrifices imposés par la plus dure des guerres. Aussi est-ce avec ferveur que Nous demandons à Dieu d’épargner à votre patrie ces troubles néfastes, d’éclairer ceux qui seront chargés de la conduire et de faire prévaloir, dans le cœur de tous, des sentiments, non de rancœur et de violence, mais de charité et de réconciliation fraternelle.

C’est avec cette prière et ces vœux dans le cœur que Nous vous envoyons, cher fils, en retour de votre filial hommage et en gage des grâces de choix que Nous appelons d’En-Haut sur vous et sur votre patrie, Notre Bénédiction apostolique.


* Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale, vol. 11 p.400-401.



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana