Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À S.E. M. ABDUL HANNAN,
NOUVEL AMBASSADEUR DE LA RÉPUBLIQUE DU BANGLADESH
PRÈS LE SAINT-SIÈGE*

Salle Clémentine
Jeudi 17 décembre 2009

 

Monsieur l'ambassadeur,

C'est pour moi un plaisir de vous accueillir aujourd'hui à l'occasion de la présentation de vos Lettres de Créance qui vous accréditent comme ambassadeur de la République populaire du Bangladesh près le Saint-Siège. Je vous suis reconnaissant pour les salutations que vous m'avez transmises de la part du président, S.E. M. Zillur Rahman, et je vous prie de lui exprimer en retour mes meilleurs vœux et ma prière pour son bien-être ainsi que pour celui du peuple du Bangladesh. La récente visite au Vatican du premier ministre, S.E. le Sheikh Hasina Wajed, a représenté une occasion appréciée de renouveler notre engagement commun en vue de renforcer l'esprit de coopération qui caractérise les relations cordiales entre le Saint-Siège et le Bangladesh depuis plus de trente ans.

Votre Excellence, tandis que votre pays doit encore affronter de nombreux défis économique, sociaux et environnementaux, les progrès importants dans le domaine du développement, accomplis récemment, ont nourri l'espérance de ses citoyens et attiré l'attention de la communauté mondiale tout entière. Bien que peu nombreux, les catholiques du Bangladesh partagent également l'espoir que les efforts de collaboration qui ont permis ces progrès continueront d'animer la nation, tandis que ses citoyens se fixent de nouveaux objectifs pour l'avenir et conçoivent de nouvelles façons de les atteindre.

L'un de ces objectifs a été la réduction de la pauvreté. Son soulagement est lié de façon indissoluble à la diffusion de l'emploi rémunéré. Le travail donne son expression à la dignité humaine, permettant aux hommes et aux femmes de réaliser leurs talents, de développer leurs capacités, et de renforcer les liens de solidarité entre eux. Cette solidarité revêt à son tour une dimension spirituelle, car en partageant les fruits de leur travail les uns avec les autres – et en particulier avec ceux qui sont dans le besoin – les personnes partout dans le monde apportent le témoignage de la bonté du Tout-puissant et de sa préoccupation pour les plus pauvres et les plus faibles.

Dans ce contexte, on ne peut que noter le succès des initiatives de votre pays dans le domaine du micro-crédit et de la micro-finance, qui apportent progressivement un nouveau degré de prospérité à votre population. De plus, ces pratiques montrent qu'elles protègent les secteurs les plus vulnérables de la société contre les risques et les abus de l'usure (cf. Caritas in veritate, n. 65). Puisse une application juste et prudente des stratégies de prêt innovatrices soutenir les infrastructures rurales, stimuler les marchés, et faire progresser le développement et la diffusion de la technologie agricole, en vue du meilleur usage possible des précieuses ressources humaines, naturelles et socio-économiques de votre pays.

L'amélioration des niveaux de vie dépend également, dans une large mesure, de l'engagement dans le domaine de l'éducation des jeunes, tant des filles que des garçons. Cela a été à juste titre une priorité pour le Bangladesh au cours des récentes décennies, et les résultats atteints dans ce domaine suscitent l'espérance pour l'avenir. A l'époque de la mondialisation, il est de plus en plus clair qu'un plus grand accès à l'éducation est essentiel pour le développement à tous les niveaux. Par-dessus tout, il est essentiel pour les enseignants de comprendre la nature de la personne humaine et d'aimer chaque étudiant comme une personne unique et précieuse, en offrant une nourriture pour l'âme, mais également pour l'esprit. L'Eglise catholique locale joue son rôle dans ce domaine à travers son réseau étendu d'écoles et autres institutions éducatives. A cet égard, le nouveau Collège de formation des enseignants a pour but de former des enseignants qualifiés, afin de garantir l'amélioration constante des niveaux et que l'engagement à l'éducation continuera sur de solides bases à l'avenir. Les récentes rencontres positives avec le ministère de l'éducation et l'établissement de relations officielles entre le ministère et les évêques en vue de discuter des sujets d'intérêt commun devraient conduire à une coopération renforcée dans le domaine de l'éducation et permettre la résolution rapide et amicale des questions qui pourraient apparaître ponctuellement.

Votre Excellence, je prie pour que les musulmans, les hindous, les chrétiens et tous les peuples de bonne volonté dans votre pays apportent un témoignage inlassable de la coexistence pacifique, qui demeure la vocation de la race humaine tout entière. A cette fin, tous les citoyens – en particulier ceux qui sont à la tête du pays – partagent la responsabilité de promouvoir les principes qui sont à la base d'un juste système de gouvernement. L'intimidation et la violence minent les fondements mêmes de l'harmonie sociale et doivent être dénoncés comme une atteinte à la vie et la liberté humaine. Faire preuve d'un amour préférentiel pour les pauvres et les malades, embrasser les faibles comme étant précieux aux yeux de Dieu: telles sont les voies à travers lesquelles la société est imprégnée du souffle de la bonté divine qui soutient la vie de toute créature.

Monsieur l'ambassadeur, au début de votre mission, je vous présente mes vœux cordiaux de succès, et je vous assure de mes prières et du soutien des divers bureaux du Saint-Siège qui sont prêts à vous aider. Sur vous, sur les membres de votre famille et sur tous les citoyens du Bangladesh, j'invoque une abondance de Bénédictions divines.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française 2010 n°6 p.8.

 

© Copyright 2009 - Libreria Editrice Vaticana

     



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana