Index   Back Top Print


LETTRE DU PAPE FRANÇOIS
AU CARDINAL TARCISIO BERTONE,
CAMERLINGUE DE LA SAINTE ÉGLISE ROMAINE,
À L'OCCASION DE LA CÉRÉMONIE DE CONGÉ
DE LA CHARGE DE SECRÉTAIRE D'ÉTAT

 

À mon vénéré frère, Monsieur le cardinal Tarcisio Bertone, Camerlingue de la Sainte Église romaine

Le moment est venu pour vous, cher frère, de « passer le témoin » dans le service de secrétaire d’État. Je souhaite donc m’unir spirituellement à vous afin de rendre grâce à Dieu pour tout le bien qu’il vous a permis d’accomplir dans ce rôle si délicat et exigeant. La mémoire de sainte Thérèse de Jésus, qu’en cette date la liturgie nous fait célébrer, invite à fixer le regard en Dieu : « Que rien ne te trouble — nous dit la grande sainte d’Avila — que rien ne t’effraie, qui a Dieu, ne manque de rien ».

En cette circonstance je ressens le besoin de vous exprimer une vive gratitude pour la sollicitude avec laquelle vous vous êtes prodigué au cours de ces sept années ; et je le fais aussi au nom du bien-aimé Benoît XVI, qui vous appela de Gênes, où vous étiez archevêque, pour revenir à Rome et vous confia la charge d’être son secrétaire d’État à partir du 15 septembre 2006, puis aussi celle de camerlingue de la Sainte Église romaine. Sept années de travail intense, vécues avec une grande générosité et esprit de service. J’ai eu moi aussi la possibilité de profiter encore, jusqu’à aujourd’hui, de votre collaboration experte.

Il y a un aspect pour lequel je souhaite vous manifester de manière particulière mon estime, et c’est votre fidélité à l’esprit de Don Bosco, l’esprit salésien, que vous avez su conserver et témoigner tout en étant absorbé par les multiples tâches liées au devoir de seconder le Successeur de Pierre. Avec l’esprit d’initiative et l’amour pour le Pape qui caractérisent les fils de saint Jean Bosco, vous avez toujours mené avec dévouement votre devoir de guide dans les relations internationales du Saint-Siège, si important dans l’exercice du ministère de l’Évêque de Rome. Dans le même temps, vous ne vous êtes pas épargné pour apporter le Magistère pontifical et la Bénédiction apostolique partout : pays, diocèses, paroisses, universités, institutions, associations. La Vierge auxiliatrice vous est proche et vous a toujours assisté dans ce précieux ministère. Que son intercession maternelle vous obtienne les récompenses célestes et les grâces qui vous tiennent le plus à cœur. Que ma Bénédiction que je vous donne de tout cœur, en l’étendant aussi avec une reconnaissance sincère à vos collaborateurs et aux personnes qui vous sont chères, soit également un gage de paix et de joie spirituelle.

Du Vatican, le 15 octobre 2013

FRANÇOIS

 




© Copyright - Libreria Editrice Vaticana