Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR ]

Discours à l’Ambassadeur de THAÏLANDE,
S.E.M. Kios Vissesvrakarn*

Jeudi 15 décembre 1977

 

Monsieur l’Ambassadeur,

En acceptant avec plaisir vos Lettres de Créance, nous voudrions prier Votre Excellence de transmettre à Sa Majesté le Roi de Thaïlande nos sincères remerciements pour ses aimables souhaits et de l’assurer de nos prières pour que Dieu le protège et le guide, et accorde une authentique paix et prospérité à lui-même et à son peuple.

Les efforts des hommes pour réaliser les buts de paix et de prospérité ne sont pas considérés par l’Eglise comme étrangers à sa mission. Vous avez décrit comment des gens inspirés par son message ont joué un rôle important dans les domaines de la médecine et de l’éducation et ont été les instruments de transmission d’idées très utiles pour les progrès futurs de votre pays. Le message que l’Eglise a l’honneur de servir s’adresse à l’homme et à la femme réels dans le cadre de leurs besoins réels de biens matériels, et des conditions nécessaires pour leur développement intellectuel; moral et spirituel; et la charité chrétienne qui est une part essentielle de ce message oblige les membres de l’Eglise à répondre aussi généreusement que possible à l’appel de ces besoins.

Nous sommes heureux que, pleinement d’accord avec les nobles traditions de la Thaïlande, vous ayez vivement souligné la primauté des valeurs spirituelles sur les valeurs matérielles. De nombreux facteurs interviennent dans le propre développement des êtres humains et il n’en est aucun qui puisse «être impunément ignoré dans la promotion de ce développement. Mais ce serait un complet renversement de l’ordre naturel des choses si la véritable échelle des valeurs était détruite: Plutôt, les valeurs matérielles sont recherchées pour préparer une base solide à l’édification du spirituel, et les valeurs spirituelles servent à donner une signification aux valeurs matérielles.

Il nous plaît également que vous ayez réaffirmé l’importance de la recherche de la justice économique et sociale à tous les niveaux de la société nationale et internationale et nous demandons à Dieu de bénir les précieux efforts qui sont faits dans cette direction par le peuple de Thaïlande, pour lequel nous avons une grande estime et dont nous considérons avec grande confiance tout ce qu’il s’efforce de faire en faveur de cette cause.

Nous avons également la conviction que la cordiale coopération entre la Thaïlande et le Saint-Siège se poursuivra pour le bien-être de tous.

Nous invoquons sur vous d’abondantes faveurs divines pour que votre mission soit féconde en beaucoup de bien.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française, 1978 n.1 p.6.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana