Index   Back Top Print

[ AR  - DE  - EN  - ES  - FR  - HR  - IT  - PT ]

PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 28 janvier 2018

[Multimédia]


 

Chers frères et sœurs, bonjour!

L’Evangile de ce dimanche (cf. Mc 1, 21-28), fait partie d’un récit plus ample désigné comme la «journée de Capharnaüm». Au centre du récit d’aujourd’hui figure l’événement de l’exorcisme, à travers lequel Jésus est présenté comme un prophète puissant en paroles et en œuvres.

Il entre dans la synagogue de Capharnaüm le jour du sabbat et se met à enseigner; les personnes sont frappées par ses paroles, parce que ce ne sont pas des paroles ordinaires, elles ne ressemblent pas à celles qu’ils entendent d’habitude. En effet, les scribes enseignent mais sans avoir une autorité personnelle. Et Jésus enseigne avec autorité. Jésus, au contraire, enseigne comme quelqu’un qui a autorité, se révélant ainsi comme l’Envoyé de Dieu, et non comme un simple homme qui doit fonder son enseignement uniquement sur les traditions précédentes. Jésus a une pleine autorité. Sa doctrine est nouvelle et l’Evangile dit que les gens commentaient: «Un enseignement nouveau, donné d’autorité» (v. 27).

Dans le même temps, Jésus se révèle puissant également dans les œuvres. Dans la synagogue de Capharnaüm, il y a un homme possédé par un esprit impur, qui se manifeste en criant ces paroles: «Que nous veux-tu, Jésus le Nazarénien? Es-tu venu pour nous perdre? Je sais qui tu es: le Saint de Dieu» (v. 24). Le diable dit la vérité: Jésus est venu pour détruire le diable, pour détruire le démon, pour le vaincre. Cet esprit impur connaît la puissance de Jésus et il en proclame aussi la sainteté. Jésus le réprimande en lui disant: «Tais-toi et sors de lui» (v. 25). Ces quelques paroles de Jésus suffisent pour obtenir la victoire sur Satan qui sort de cet homme «le secouant violemment et [criant] d’une voix forte», dit l’Evangile (v. 26).

Ce fait impressionne beaucoup les personnes présentes. Elles sont toutes prises de crainte et se demandent: «Qu’est cela? [...] Même aux esprits impurs, il commande et ils lui obéissent!» (v. 27). La puissance de Jésus confirme l’autorité de son enseignement. Il ne prononce pas seulement des paroles, mais il agit. Il manifeste ainsi le projet de Dieu par les paroles et par la puissance des œuvres. En effet, dans l’Evangile, nous voyons que Jésus, dans sa mission terrestre, révèle l’amour de Dieu tant par la prédication que par d’innombrables gestes d’attention et de secours aux malades, aux nécessiteux, aux enfants, aux pécheurs.

Jésus est notre Maître, puissant en paroles et en œuvres. Jésus nous communique toute la lumière qui illumine les routes, parfois sombres, de notre existence; il nous communique également la force nécessaire pour surmonter les difficultés, les épreuves, les tentations. Pensons à la grande grâce que représente pour nous d’avoir connu ce Dieu si puissant et si bon! Un maître et un ami qui nous indique le chemin et qui prend soin de nous, en particulier quand nous sommes dans le besoin.

Que la Vierge Marie, femme de l’écoute, nous aide à faire silence autour de nous et en nous, pour écouter, dans le fracas des messages du monde, la parole ayant le plus d’autorité qui soit: celle de son Fils Jésus, qui annonce le sens de notre existence et nous libère de tout esclavage, y compris de celui du Malin.


A l’issue de l’Angélus

Hier est arrivée d’Afghanistan la douloureuse nouvelle du terrible massacre terroriste perpétré dans la capitale Kaboul, provoquant plus de cent morts et de nombreux blessés. Il y a quelques jours, un autre grave attentat, toujours à Kaboul, avait semé la terreur et la mort dans un grand hôtel. Jusqu’à quand le peuple afghan devra-t-il supporter cette violence inhumaine? Prions en silence pour toutes les victimes et pour leurs familles; et prions pour ceux qui, dans ce pays, continuent à travailler pour construire la paix.

Aujourd’hui est célébrée la journée mondiale des malades de la lèpre. Cette maladie frappe malheureusement encore, surtout les personnes les plus défavorisées et les plus pauvres. Nous assurons à nos frères et sœurs notre proximité et notre solidarité; et nous prions également pour ceux qui les assistent et se prodiguent en vue de leur réinsertion dans la société.

Je salue avec une grande affection les jeunes garçons et les jeunes filles de l’Action catholique du diocèse de Rome! J’espère que même en faisant du bruit, vous savez aussi faire de bonnes choses, non? Chers jeunes, cette année encore, accompagnés par l’archevêque vicaire, vos parents, vos éducateurs, les prêtres assistants, vous êtes venus nombreux au terme de la «Caravane de la paix». Je vous remercie pour cette initiative. Merci, merci beaucoup! Ne vous lassez pas d’être des instruments de paix et de joie parmi les jeunes de votre âge. Ecoutons tous à présent le message que vos amis, ici, près de moi, vont nous lire.

Après la lecture du message le Pape s’est adressé aux deux enfants:

Merci, merci. Restez ici. Saluez, salue, salue, n’aie pas peur!

Puis, avec nos prières pour la paix, que chacun de nous dans son cœur prie pour la paix. Avec ces prières les ballons s’élèveront dans le ciel!

Après le lancer de ballons, le Pape a conclu:

Vous avez vu ces ballons? Quand nous prions mal, quand nous menons une vie qui n’est pas celle que Jésus veut, nos prières n’arrivent pas, et ainsi, une aide doit venir pour les faire monter. Quand vous sentez que vos prières ne montent pas, cherchez l’aide de quelqu’un.

Je souhaite à tous un bon dimanche. S’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon déjeuner et au revoir.

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana