Index   Back Top Print

[ FR  - PT ]

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Jeudi 30 octobre 2014

 

(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 46 du 13 novembre 2014)

Une très belle lutte

La vie du chrétien « est un combat militaire » et il faut « de la force et du courage » pour « résister » aux tentations du diable et pour « annoncer » la vérité. Mais cette « lutte est très belle » parce que « quand le Seigneur vainc à chaque étape de notre vie, il nous donne une joie, un grand bonheur ». En réfléchissant sur les paroles de Paul dans la Lettre aux Éphésiens (6, 10-20) et sur le « langage militaire » qu’il utilise, le Pape François a parlé de ce que les théologiens ont défini la « lutte spirituelle : pour aller de l’avant dans la vie spirituelle, il faut combattre ». Il faut « de la force et du courage » parce qu’il ne s’agit pas uniquement d’une « simple opposition », mais d’un combat permanent contre le « prince des ténèbres ». C’est cette étroite confrontation qui était rappelée dans le catéchisme, dans lequel « on nous a enseigné que les ennemis de la vie chrétienne sont au nombre de trois : le démon, le monde et la chair ». Il s’agit de la lutte quotidienne contre « la mondanité » et contre l’« envie, la luxure, la gourmandise, l’orgueil, la jalousie », autant de passions « qui sont les blessures du péché originel ». On pourrait alors se demander: « Mais le salut que nous donne Jésus est-il gratuit ? ». Oui, « mais tu dois le défendre ! ». Et, comme écrit Paul, pour le faire, il faut « se revêtir de l’armure de Dieu », parce que « l’on ne peut plus penser à une vie spirituelle, à une vie chrétienne » sans « résister aux tentations, sans lutter contre le diable ». Et dire que l’on a voulu nous faire croire « que le diable était un mythe, une figure, une idée, l’idée du mal ». En revanche, « le diable existe et nous devons lutter contre lui ». C’est ce que rappelle saint Paul, « la parole de Dieu le dit », et pourtant, il semble que « nous ne soyons pas très convaincus » de cette réalité. Mais comment est faite cette « armure de Dieu ? ». Le bouclier de la foi non seulement « nous défend, mais nous donne également la vie ». Et avec cela, dit Paul, « nous pourrions éteindre toutes les flèches enflammées du malin ». En effet, le diable « ne jette pas sur nous des fleurs », mais « des flèches enflammées, empoisonnées, pour tuer ». L’armure du chrétien est composée également du « casque du salut », de l’« épée de l’Esprit » et de la prière. C’est ce que rappelle saint Paul : « en toute occasion, vous prierez ». « Priez, priez ». On ne peut, en effet, « conduire une vie chrétienne sans la vigilance ». Pour cela, la vie chrétienne peut être considérée comme « un combat militaire ». Mais c’est « une très belle lutte », parce qu’elle nous donne « la joie que le Seigneur a vaincu en nous, avec sa gratuité de salut ».

   



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana