Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AU NOUVEL AMBASSADEUR DU BELIZE
PRÈS LE SAINT-SIÈGE, S.E. M. HENRY LLWELLYN LAWRENCE

Salle Clémentine
Jeudi 9 juin 2011

 

Monsieur l’ambassadeur,

Je suis heureux de vous accueillir au Vatican et de recevoir les Lettres de Créance qui vous accréditent en tant qu’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Belize près le Saint-Siège. Je vous suis reconnaissant de m’avoir transmis les cordiales salutations de la part du gouverneur général, Sir Colville Young, et je vous prie de lui transmettre en retour mes meilleurs vœux, ainsi qu’à tout le peuple de votre pays.

Le Saint-Siège considère ses relations diplomatiques avec le Belize comme un moyen important de parvenir à une coopération mutuelle pour le bien-être moral et matériel de tous ses citoyens. Avec la coopération d’hommes et de femmes de bonne volonté dans toute l’Amérique centrale, l’Eglise œuvre en vue de promouvoir la paix et la prospérité parmi tous les peuples de la région, même dans des circonstances difficiles, en se fondant sur les valeurs immuables de l’Evangile qui ont toujours bien servi les populations de la région. Avec une attention particulière pour les pauvres et les plus faibles, l’Eglise attire l’attention sur la dignité de l’homme et œuvre en vue de promouvoir cette dignité à travers ses nombreuses initiatives dans le domaine social, caritatif et du développement. L’engagement dans ces activités tire sa force non seulement d’un amour pour la personne humaine, mais avant tout d’un amour profond pour Dieu car «à Sa lumière se comprennent pleinement l’identité, le sens et le but de la personne» (Message pour la Journée mondiale de la paix 2011, n. 1).

Tout au long de l’histoire, l’Eglise catholique au Belize a entretenu des relations cordiales avec les autorités civiles, dans une atmosphère propice à l’accomplissement de la mission qui lui a été confiée par le Seigneur. Un tel climat est dû en grande partie au fondement sur lequel le Belize a été édifié. Un fondement qui promeut les valeurs chrétiennes traditionnelles et reconnaît la valeur éternelle des droits humains authentiques et des libertés civiles et politiques fondamentales qui encouragent le respect pour la personne humaine, l’harmonie sociale et le progrès de la société en général. Parmi les lois en vigueur dans votre pays figurent le droit à la liberté de religion et à la liberté de culte. Comme j’ai eu l’occasion de le souligner récemment, «le droit à la liberté religieuse s’enracine dans la dignité même de la personne humaine, dont la nature transcendante ne doit être ni ignorée ni négligée» (n. 2). La liberté de religion et la liberté de culte permettent aux croyants de mûrir en tant que personnes et de contribuer de façon positive et totale à la vie du pays dans tous les domaines de l’activité humaine. Puisse votre pays, Monsieur l’ambassadeur, être un exemple à cet égard pour ses voisins et pour ceux qui tentent de réduire les effets de ces droits et des valeurs qui y sont liées

L’Eglise catholique au Belize participe à la société de plusieurs façons, parmi lesquelles l’éducation des jeunes, en coopération avec l’Etat. En principe, l’éducation prépare les personnes et tire le meilleur d’elles, afin qu’elles soient disposées en retour à apporter leur contribution sur le plan social, culturel et économique à la société dans son ensemble. L’éducation religieuse, et l’éducation catholique en particulier, apporte sa contribution au bien-être de votre peuple, «pour donner aux nouvelles générations la possibilité de reconnaître en l’autre un frère et une sœur, avec qui marcher ensemble et collaborer pour que tous se sentent comme les membres vivants d’une même famille humaine» (n. 4). L’éducation porte des fruits lorsqu’elle est fondée sur des vertus déjà enracinées dans la famille, «première cellule de la société humaine» et «milieu primordial de formation pour des relations harmonieuses à tous les niveaux de la convivialité humaine, nationale et internationale» (ibid.). Dotés d’un solide fondement de foi et de vertu, d’intelligence et de bonne volonté, les jeunes du Belize seront mieux préparés pour assumer des responsabilités civiles et sociales et pour construire un avenir stable, juste et pacifique pour la nation.

Avec ces sentiments, Monsieur l’ambassadeur, je vous adresse mes meilleurs vœux pour l’accomplissement de votre nouvelle mission et je vous assure de la disponibilité de la Curie romaine pour vous assister dans vos hautes fonctions. Sur vous et sur tout le peuple du Belize, j’invoque une abondance de Bénédictions de Dieu tout-puissant.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana